Tag Archives: Movie

Yeon Sang-ho – Dernier train pour Busan

Gregor Samsa meurt d’une longue agonie après avoir été transformé en un monstrueux insecte. Après avoir surmonté leur dégoût, puis l’avoir violemment rejeté, les membres de sa famille semblent soulagés et voient sa mort comme un nouveau départ. Ainsi se clôt la Métamorphose de Kafka. Comme on aurait pu le penser d’emblée, la métamorphose agit moins sur l’individu, qui finit par abandonner toute lueur d’humanité, que sur son entourage, qui, au contraire, prend acte de cette épreuve pour évoluer. Si l’on se réfère à la définition biologique d’une métamorphose, on assiste chez un individu à une succession brusque et irréversible de changements morphologiques et physiologiques, aboutissant à l’édification d’une nouvelle “image”, l’imago justement. Cependant, les métamorphoses concernent des individus à l’état larvaire, ce qui signifie que le processus est une amélioration, le passage vers un stade supérieur, voire ultime. Donc, quand on regarde un film de zombies, c’est clairement le bordel. Un monumental foutoir de mort, de bestialité et de dévastation où rien ne laisse, à première vue, penser que l’on assiste à une quelconque amélioration des choses. Parce que s’ajoute à ces premières considérations théoriques le concept de la propagation, de la viralité exponentielle, l’anti-hiérarchie proposée par Deleuze et Guattari dans la théorie du Rhizome. Impermanence, hétérogénéité, multiplicité, et paradoxalement, un épanouissement, signe de vitalité, sans limites. Continue reading Yeon Sang-ho – Dernier train pour Busan

ROBERT EGGERS – THE WITCH

Savoir raconter une histoire est un véritable art. D’abord planter le décor, présenter les personnages, donner quelques indices, si besoin est, sur leurs antécédents en laissant toutefois quelques zones d’ombre. Ensuite le conteur peut lancer le récit avec un événement qui va faire office de catalyseur et tout ce petit monde devient une centrifugeuse dans laquelle tous les protagonistes sont projetés les uns vers les autres. Cependant, il existe différents genres de récits auxquels s’appliquent différents principes narratifs : la comédie de mœurs, le thriller, l’aventure, le western, etc. Et s’il est bien un genre de film à la narration extrêmement codifiée, c’est le film d’épouvante. Et pour qu’un film d’épouvante soit réussi – ou du moins qu’il fonctionne dans l’esprit du spectateur – il faut apporter un soin particulier au climat, à l’ambiance en s’appuyant sur le casting, sur les décors, sur la musique. Avant même que le récit commence, dès le générique, on doit déjà sentir une tension. Pas forcement une menace. Tenez, par exemple, imaginez un plan fixe d’une chambre légèrement dans la pénombre. Un jour d’hiver. On entend le vent qui gémit et une branche vient frapper à intervalles réguliers le carreau. Rien d’extraordinaire, mais il suffit que ce plan dure un peu trop longtemps, que notre regard soit happé par l’encadrement de la fenêtre, que la lumière venant du dehors soit spectrale, que le bruit de la branche devienne exaspérant, pour que notre imaginaire commence à se mettre en branle. Et voilà, le tour est joué, le réalisateur a capté notre attention.

Continue reading ROBERT EGGERS – THE WITCH

NICOLAS WINDING REFN – THE NEON DEMON

Qu’est-ce que le cinéma ?

Ben, pour être tout à fait franc, la vraie question qui me tourne dans la tête depuis quelques instants est plutôt : « Bon sang ! mais qu’est-ce que je viens de voir ? » Je serais bien en peine de répondre à la Grande Question. Disons que je peux établir des repères, ouvrir des perspectives, et du coup susciter de nouveaux questionnements. La belle affaire… Bon, voyons voir quand même ! Continue reading NICOLAS WINDING REFN – THE NEON DEMON

La bande annonce du nouveau film de Tim Burton

Pour ceux qui seraient passés à côté de l’info, Tim Burton a dévoilé cette semaine le très attendu teaser de son nouveau long métrage Miss Peregrine’s Home For Peculiar Children. Vous pouvez dès à présent découvrir les premières images étranges et sombres de son prochain film. Ce nouveau cru burtonien qui retrouvera Eva Green en rôle principal, peuplé de freaks en tout genres, il promet de renouer avec l’univers étrange du réalisateur. On a tout simplement hâte d’y être.

Continue reading La bande annonce du nouveau film de Tim Burton

THE BIG SHORT

The Big Short avec en sous titre “le casse du siècle”, à ça, que pouvait-on faire ? Eh bien se précipiter comme des moutons, appâtés par ce truc français qui est de rajouter du pompant pour vous ramener dans les salles car un film sur la finance ça risque de ne pas attirer grand monde face à Star Wars ! C’est en commençant par ce coup de gueule que je vais enfin vous parler de Big Short. Au delà de ce que pensent certains, ce n’est pas Ocean Eleven à Wall Street. C’est plutôt comment te faire comprendre le niveau de pourrissement du système capitaliste en appelant les choses concrètement par leur nom. Ou plutôt comment rentrer dans une salle en s’attendant à voir une pure morale américaine tronquée et ressortir avec un sérieux coup de poing entre dépit et révolte.

Continue reading THE BIG SHORT

STAR WARS VII, LA BANDE ANNONCE FINALE !

Vous l’attendiez impatiemment et elle vient d’être dévoilée. Un jour après la découverte de l’affiche finale, le réveil de la force se dévoile un peu plus avec une bande annonce qui risque fort d’alimenter la toile en suppositions et autres histoires au sein de ce 7eme épisode de STAR WARS VII, LE REVEIL DE LA FORCE. Sur ce, que la force soit avec vous jusqu’au 16 décembre !

Continue reading STAR WARS VII, LA BANDE ANNONCE FINALE !

SICARIO

Denis Villeneuve est un réalisateur que je suis de prés et qui ne cesse de m’étonner film après film. Prisoners avec Hugh Jackman et Jake Gyllenhaal m’avait embarqué dans un polar comme je les aime et comme il n’y en a que trop rarement au cinÈma. Durant la séance, j’avais immédiatement pensé aux films de David Fincher, Seven et Zodiac. Alors qu’en est il de Sicario? Continue reading SICARIO