All posts by cindyunchained

Rencontre avec Marie, programmatrice du Cernunnos Pagan Fest

Le Cernunnos Pagan Fest est devenu le rendez-vous incontournable des amoureux du pagan metal et de la culture médiévale. Mais qui est derrière tout ce travail accompli pour notre plus grand plaisir ? Et bien une équipe de passionnés et surtout Marie des Acteurs de l’Ombre qui nous en dit un peu plus sur le festival.

Continue reading Rencontre avec Marie, programmatrice du Cernunnos Pagan Fest

AUGUST BURNS RED – PHANTOM ANTHEM

Ils finissent à peine la tournée anniversaire des 10 ans de leur album culte Messengers et ne prennent pas le temps de se laisser oublier. Le 6 octobre  August Burns Red sortira son 8ème album intitulé Phantom Anthem chez Fearless Records. Fidèles à leur réputation ce groupe originaire de Pennsylvanie justifie une nouvelle fois sa place vers le sommet du metalcore américain.

Continue reading AUGUST BURNS RED – PHANTOM ANTHEM

QUEENS OF THE STONE AGE – VILLAINS

 

Quand tu es fan d’un artiste, qu’il ou elle est ton idole, comme le nom l’indique il y a une dimension quasi religieuse.  Tu en oublies la nature humaine de la personne et fige dans le temps ce qui t’a fait vibrer chez cet artiste.  Tu ne veux qu’en aucun cas il ne change, qu’il reste ce compagnon de route tel que tu l’as connu…

C’est un peu le problème que rencontre Queen Of The Stone Age.  Etant des artistes en perpétuel recherche, ne restant jamais assis sur leur acquis, il défrise à chaque sortie discographique les « puristes » qui refusent en bloc tout changement.  Avant même d’avoir entendu une note du nouvel album, l’annonce de Mark Ronson à la production a fait hurler plus d’un, lançant la légendaire attaque de « ils sont des vendus »…

Puis vint le premier single, « The Way You Used To Be ».  Bon c’est vrai que c’est un changement radical, les claps disco et le côté lumineux des productions de Mark Ronson peuvent dérouter les fans de la première heure, mais si on regarde la chanson dans sa construction, c’est du QOTSA dans le texte…

Avec le reste de l’album il est vrai que ce n’est pas le genre de chansons où l’on attend les QOTSA.  Très upbeat, voir disco (aka merci Ronson) avec des claviers omniprésents comme jamais.

Une première piste de ce changement réside dans les récents événements qui sont arrivés.  Le Bataclan et même le concert d’Ariana Grande ont grandement affecté le chanteur et leader du groupe.  En plus de ses propres expériences, ces tragédies ont conforté l’artiste dans l’importance de « maintenant », que c’est tout ce que nous avons.  Peu importe comment c’est considéré, il tient dur comme fer à faire les choses comme il l’entend.  « Life is hard, that’s why no one survives it » comme il dit dans « Feet Don’t Fail Me » qui ouvre l’album

Souvent les artistes se cachent derrière un masque, un rôle.  Josh Homme a jeté ce masque et a décidé d’être plus vulnérable et honnête dans son écriture…

Ce qui n’est pas forcément nouveau, la chanson « Head Like A Haunted House » était un instrumental depuis les sessions d’Era Vulgaris en 2007 et Villains  Of Circumstances (qui donne en partie son nom à l’album ») débuta en tant que morceau acoustique en 2014…

L’autre élément pouvant expliquer ce revirement est d’avoir travaillé et tourné avec l’Iguane, Iggy Pop.  Ecrire, produire et tourner avec l’album « Post-Pop Depression » a ravivé la foi de Josh Homme dans le sacro-saint Rock n’ Roll.  Et donné envie de se bouger le cul.  Si un mec de 70 piges est capable d’avoiner encore comme ça, qu’est-ce que j’attends moi bordel !? »…

Tout ça se recoupe dans la chansons « The Evil has landed », 2e single de l’album, avec des jeux de mots postitifs comme « Living Spree » (opposé à Killing Spree) ou Near-Life experience ( à Near-death experience)….

En somme Villains est un cri du cœur d’un homme qui ne veut plus être autre chose que lui-même.  Meurtri par un monde de plus en plus fou, il veut rappeler aux gens qu’ils faut danser and have a good time no matter what happens…

Queen of the stone age, Villains, Matador, sortie le 25 août 2017.

Texte : Ru5ty

 

COUGH + GUESTS @ GIBUS – 16/08/2017

 

Ce mercredi, la soirée au Gibus s’annonce particulièrement heavy et blasphématoire avec pas moins de cinq groupes 100% doom/sludge/drone/funeral ! J’arrive sur les lieux aux alentours de 19 heures. Les hostilités musicales débutent avec Malemort, un obscur combo de Rouen. Ce groupe est à ne pas confondre avec le groupe du même nom originaire de Cergy Pontoise que j’avais vu quelques jours plus tôt en première partie de Crowbar et qui sonne beaucoup plus rock. Pour le coup, les rouennais ont un style qui tranche totalement avec leurs homonymes. En effet, ils jouent un funeral doom teinté de depressive black metal. Leur set dure environ une demi-heure. J’ai un peu de mal à accrocher à leur musique tant elle manque d’originalité et se distingue si peu des autres productions du genre. J’ai l’impression d’écouter une pâle copie de Sunn O))). Peut mieux faire !

_DSC9086

Dans la foulée, les bayonnais de Monarch ! investissent la scène du Gibus. Ce groupe formé en 2002 a déjà sept albums studio à son actif et à peu près autant d’EP’s et de splits albums.

_DSC9230L’originalité du groupe est de compter une chanteuse dans ses rangs ce qui n’est pas courant dans ce type de musique. En effet, la voix d’Emilie Bresson est unique et en parfaite harmonie avec la noirceur abyssale de la musique. Par ailleurs, je constate que le batteur est le même que celui de Malemort. Les ayant déjà vus à plusieurs reprises, leur concert est sans surprise pour moi. Cependant, je dois avouer qu’un concert de Monarch ! est toujours une expérience inédite. On se sent transporté dans une dimension parallèle à chacune de leurs prestations. Leur musique a un côté noir et envoûtant, renforcé par la dimension poétique et occulte de leurs textes en français.

 

Tout de suite après, place au toulousains de Witchthroat serpent. Ce groupe de doom a été formé en 2011 et possède déjà deux albums studio dans sa discographie. Très inspirée par les anglais d’Electric Wizard, leur musique est efficace dans la pure tradition du doom metal occulte. En effet, on sent l’influence de groupes phares du genre comme Pentagram, Candlemass ou Saint Vitus. Ayant découvert ce groupe ce soir-là, je dois avouer que Witchthroat serpent est un groupe à découvrir d’autant plus si l’on apprécie le doom metal traditionnel teinté de stoner !

_DSC9388

 

_DSC9419.jpgAux alentours de 22 heures, c’est au tour des américains de Sinister Haze de monter sur scène. Il se trouve que le line-up de ce groupe formé en 2013 est rigoureusement le même que celui de Cough qui doit jouer juste après. Originaires de Virginie, les doomsters de Sinister Haze, qui ont déjà sorti deux LP’s, jouent un doom metal/ stoner psychédélique très mid-tempo et atmosphérique qui évoquerait presque un autre groupe phare du genre, Anathema. Même si leur musique n’est pas mauvaise, ils peinent à attirer l’attention du public qui semble impatient de voir la tête d’affiche de la soirée, à savoir Cough !

 

Peu avant 23 heures, le temps est donc venu aux américains de Cough de clôturer la soirée. Tout de suite, le groupe fait la démonstration qu’il est devenu une référence en matière de doom/sludge.

_DSC9507

 

Formé en 2005, il a déjà trois albums studio dans sa discographie ainsi qu’un EP et deux split albums. Pendant les trois quarts d’heure que dureront ce dernier concert, les musiciens de Cough assènent leurs riffs impies avec la puissance d’un caterpillar, si bien que le public particulièrement réceptif ce soir-là se lance dans une série de pogos et de slams à répétition.

_DSC9578

Il est en effet assez peu courant de voir le public bouger et s’éclater dans les concerts de doom compte tenu de la lenteur de la musique. Il faut croire que Cough a réussi à conquérir le public parisien. Incontestablement, Cough est un groupe majeur du genre, à classer aux côtés d’autres références telles Conan, Electric Wizard ou Dopethrone !

 

Texte :  Mathieu Bollon

Photos : Zildjian

 

SOLSTAFIR – BERDREYMINN

 

Lorsque l’on est conquis par un groupe, il y a toujours un moment d’appréhension, ce moment où l’on retient son souffle avant d’entamer l’écoute du tout nouvel album, du ou des nouveaux titres qui commencent à circuler. Si les précédents albums de Sólstafir offraient une satisfaction enivrante on pourrait se dire mais qu’ont-ils à ajouter ?

Continue reading SOLSTAFIR – BERDREYMINN

RENCONTRE AVEC RAPHAEL VAVASSEUR

Je ne sais plus à quel moment exact j’ai découvert le travail de Raphaël Vavasseur… Il faut dire que lorsqu’on découvre son travail, le temps s’arrête, la rêverie s’installe, le bruit de fond est fait de ronron de chat, le canapé devient doux et encore plus confortable, oui vous êtes prêts pour vous perdre dans ses peintures bucoliques et dans un cosmos félin.

Continue reading RENCONTRE AVEC RAPHAEL VAVASSEUR

KING DUDE + DUNE MESSIAH @ BATOFAR 6/04/17

Si le nom de King Dude ne vous évoque rien, sachez que derrière ce projet se cache un artiste aussi protéiforme qu’énigmatique à mi-chemin entre Americana (mélange de country et de rock) et Dark Folk apocalyptique. Leader charismatique du groupe qu’il a créé en 2006, Thomas Jefferson Cowgill s’est d’abord essayé au black metal avec le groupe Book of Black Earth ainsi qu’au Hardcore avec le projet Teen Cthulhu. A côté, il manage également une marque de vêtements « alternative », Actual Pain.

Continue reading KING DUDE + DUNE MESSIAH @ BATOFAR 6/04/17

TROLLFEST – HELLUVA

 Le folk metal,  ce mariage heureux  de musiques traditionnelles et alternatives,  cette virée dans le monde d’autrefois abondant en contes et  légendes qui  bercent encore notre imagination enfantine. Cette pointe subtile de joyeuseté qui te donne envie de lever ton verre rempli d’un breuvage alcoolisé et qui fait se mouvoir ton corps malgré toi. On se laisse emporter et on s’en repaît sans modération en s’imaginant dans un univers bucolique…

Continue reading TROLLFEST – HELLUVA

ZEAL & ARDOR – DEVIL IS FINE

 

Imaginez seulement un instant un mélange improbable entre Screaming Jay Hawkins, Muddy Waters et Enslaved… Vous l’avez rêvé ? Zeal and Ardor l’a fait ! Sorti en février dernier sur le label néerlandais Reflection Records, le premier opus de ce « one man band » signe la naissance de la fusion entre blues, gospel et black metal. Baptisé « Devil is fine » en hommage au grand cornu, cet album est à classer parmi les perles les plus inventives et les plus surprenantes du black metal de ces dernières années.

Continue reading ZEAL & ARDOR – DEVIL IS FINE

The Marcus King Band en concert à Paris

A tout juste 20 ans, Marcus King est un phénomène à lui seul. Compositeur, chanteur guitariste et leader du groupe The Marcus King Band, d’influence rock sudiste psychédélique, il sort son deuxième album en octobre 2016 appelé sobrement The Marcus King Band et signé chez Fantasy Records.

 

Originaire de Greenville en Caroline du Sud, le groupe sera sur scène à Paris au New Morning le 25 avril. Une occasion de venir écouter ou découvrir ces talentueux musiciens aux racines sud-américaines très ancrées.

Un concert Veryshow.

affiche_tmkb_paris_web