LIONHEART + TERROR + GUESTS @ LA MACHINE DU MOULIN ROUGE – 11/10/2022

Ce soir la West Coast du Hardcore US débarquait à Paris avec deux de ces plus gros représentants. LIONHEART et TERROR à la tête d’une affiche pour une tournée européenne, ça avait de que faire plaisir aux fans invétérés du genre. De plus, c’est une tournée qui était attendue suite aux maintes reprogrammations covidiennes ( on connait tous l’histoire)… Du coup un gros big up à Cartel Concerts pour leur travail acharné et kafkaïen suspendu pendant toute cette période  aux volontés d’un virus.

Quoi qu’il en soit, ce soir ils sont bien là pour l’étape parisienne et la Machine du Moulin Rouge s’annonce bouillante avec un sold out effectif. De la bonne bagarre en prévision.

Les 2 mastodons étaient accompagnés sur la tournée des québécois de Get The Shot et Dying Wish qui ouvrait la soirée.

DYING WISH

La formation américaine emmenée par  Emma Boster est un peu le préchauffe du pit encore clairsemé en débarquant à 19h00 sur scène. N’empêche ils ont fait le taff. Un gros HxC classique mais parfait pour se mettre en bouche. Le taff est fait, les motivés sont déjà en action et  Emma  chauffe La Machine qui commence à s’épaissir pour la deuxième partie du workout. On retiendra surtout l’énergie de notre frontwoman qui inonde la salle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

GET THE SHOT

Vu le nombre de t-shirt dans le pit, on peut clairement dire qu’une partie du pit est là pour les québécois, même s’ils ne vont pas bouder leur plaisir avec le reste de l’affiche. Mais Get The Shot a son public et il est dans la place ce soir. Perso, c’était la première fois ce soir que je les voyais en live ( il faut une première fois à tout) et on peut dire qu’elle ne sait pas passer dans la « douceur »… La force de frappe venue du Québec

La formation emmenée par Jean-Philippe Lagacé   envoie sévère et te marbre la gueule d’entrée de jeu. Une pluie de mosh parts, breakdown, gros son et de bonne ambiance pour déglinguer un pit qui n’attendait que ça. Un appel au stage dive qui sera vite entendu malgré la hauteur de la scène. Des courageux(ses) n’hésiteront pas à se lancer avec un peu de casse à la réception. Quoi qu’il en soit, Get The Shot qui venait présenter son dernier disque Merciless Destruction.

Les petits messages de tolérance et de valeurs du hardcore ( sisi la famille)  donnaient quelques pauses bien mérités, mais sur le set c’est un non stop et une validation de la salle qui s’analyse en litres de sueur dépensés en 30 minutes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

TERROR

La grosse bagarre c’est pour maintenant car vient le tour des patrons du Hardcore Made In LA. Bien chauffés avec les 2 premiers groupes, le pit n’attend qu’une chose, l’arrivée de TERROR. Car on est bien d’accord que la majorité présente ce soir sont là pour eux.  On est clairement dans la catégorie poids lourd et dès l’arrivée sur « The 25 Hour », il est clair que La Machine du Moulin Rouge va prendre cher, même très cher.

La formation emmenée par Scott Vogel, même si elle domine la scène HxC, est toujours dans la communion la plus complète. Il y a de la rage et de l’intensité, ce qui fait monter le pit en température. Une set list qui fait la part belle aux classiques qui sont mandales sur mandales, ainsi que les derniers titres issus de  Trapped In A World  sorti en 2021. Toujours dans la bienveillance et à son habitude, Scott encourage au max l’envahissement de la scène par le public.

Le set se clôturera sur un « Keeper of The Faith » destructeur à l’image du court et intense set auquel on a eu droit. Les Californiens confirment qui sont toujours les tauliers.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

LIONHEART

Avec le dernier round de ce soir on reste sur la West Coast avec un autre représentant californien. Deux versants du hardcore californien entre Terror et Lionheart. Les gars d’Oakland vont devoir garder l’intensité imposée par les précédents combats du soir.  Avec une scénographie un peu plus « travaillée » à travers ces 4 bidons ( à effets) façon « street credibility » et les lettres L H H C  qui s’imposent au loin, Lionheart ne fait pas l’impact direct. Nous sommes moins dans cette débauche du tout pour le tout avec Terror, mais plutôt une démonstration. L’énergie entre les shows des deux groupes sera différente. La bande de Rob Watson déroule son Hardcore massif à grand renfort de breakdowns qui font son effet et remettent en selle un pit qui reprend son souffle.  Secondé de Big Boy, Rob Watson gère l’interaction avec le public. Les scuds arriveront avec le classique « Trial By Fire », « Hail Mary » et le récent « Live By The Gun » ( en duo avec Ice T sur disque) qui sera sur le prochain Welcome To The West Coast Vol3 (très inspirés).

Lionheart est maintenant bien chaud mais on sent encore sa volonté de maitriser son show rodé en s’appuyant sur leurs armes propres mais s’éloignant de ce côté brut qu’est l’essence du Hardcore.

Le groupe reprendra un titre des Beastie Boys avant de clôturer la soirée sur le bien classique « LHHC » pour la dernière salve.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Une bien belle affiche pour les amateurs de Hardcore qui a été proposée ce soir avec des groupes complémentaires mais qui aurait plus crescendo avec une conclusion offerte par les gars de Los Angeles. N’empêche on a pris au max toute l’énergie pour bien affronter l’hiver parisien et distribuer les mandales.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire