POINT MORT – R(H)OPE

Je te resitue le contexte. Depuis que j’ai laissé trainer l’oreille du côté de Point Mort en découvrant par hasard Look At The Sky et encore interloqué par ce que je prenais dans la gueule, je savais que je tenais là une matière brut et pas facilement faconnable.  Avec la sortie du clip de “Wiara” le groupe apportait encore une nouvelle dimension à son univers.  Avec ce nouvel E.P qu’est R(h)ope je savais clairement que je n’allais pas vers un disque qu’il fallait prendre à la légère car pour faire simple, les parisiens de Point Mort ont ce quelque-chose que d’autres n’ont pas et je vais t’expliquer pourquoi.

Qu’est ce que c’est R(h)ope ? Et bien Un concentré de vie tourbillonnant entre ses joies et désespoirs qui se présente dès son titre d’ouverture “Wiara” au magnifique clip. Intense, beau, mélancolique et tout autant douloureux. C’est la ligne directrice qui va être suivie tout le long de ces 5 titres. Des instants d’une réelle douceur pour balancer dans un post hardcore chaotique atomisant nos espoirs pour se retrouver tout au fond du gouffre.

Un réel rollercoaster émotionnel passant du noir Soulages à une impression d’aube au loin, une lumière chaleureuse derrière cette obscurité dense. La vie n’est pas si facile comme certains voudraient te faire croire alors que la musique de Point Mort elle est réaliste, honnête et sans artifices à faire gerber. C’est un peu guerres et paix dans ton esprit et cette lutte est avant tout alimentée par #S (chant), mention particulière à cette âme déchirée  car un groupe de ce style si dense se doit d’avoir un brasier ardent  derrière le micro. On souffre, on pleure et on se rassure avec elle. Généreuse dans le partage #S c’est l’âme tortueuse de Point Mort et les musiciens le cœur.  La preuve avec le nerveux “White and Viole(n)t” en pure violence qui finit en rampant comme une douleur physique qui s’éteint derrière celle de l’âme pour contrebalancer sur « La contre-addiction » d’une poésie noire virevoltant dans un français qui rendrait jalouse toute cette scène française fadasse. Habitée est un mot faible quand on vit tout ça, c’est une possession dans une intensité sans failles.

Dans la lignée et le respect de toute une scène musicale torturée et à vif, le groupe de part ses influences intelligemment dosées, nous montre ses bons gouts musicaux (c’est normal, on a les mêmes) et qu’ils s’inscrivent au sein de cette scène sans recracher, ni pomper ce q’ils ont entendus ou vus auparavant. Tout ça vient des tripes au final. A ce niveau ils ont ce qu’il faut depuis longtemps..

Comme le comfirme le bouleversant “Précision Chaos” qui en finit avec ce mal-être latent et le fait avec la manière, brutalement, nous laissant là, la gorge nouée, les yeux rouges, aussi malmené que #S dans cette souffrance. Il est bon de pleurer, d’évacuer ensemble pour au final se sentir vivant.

Sans compromis, je l’avais bien dit… En cinq titres le groupe balance tout, s’arrache les tripes pour une putain de bousculade émotionnelle !! Entre passions et déchirures on ne reste pas insensible.

Intense, tu l’as bien senti. Du talent, il y en a beaucoup tu l’as bien compris et seul un sourd ne peut pas l’entendre. La musique de Point Mort c’est un peu de réconfort entre deux passages à tabac. C’est pour cela qu’on y retourne aussi souvent que possible.

R(h)ope, POINT MORT, Almost Famous label, disponible

texte: Anthony

 

Liens:

Facebook du groupe

Bandcamp du label

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire