A VOID + SheWolf + Seatizen Mood @ Bus Palladium – 16/03/2019

Samedi soir. Avant la « fièvre du », le Bus Palladium, à trois pas du Moulin Rouge nous invite à ses désormais célèbres soirées « 3 groupes, 7€ ». On peut dire qu’on en a plutôt pour notre argent car on va en prendre plein les oreilles. Quoique peut-être même un peu trop d’ailleurs, on aurait bien aimé des bouchons à l’entrée.
Soirée rock donc, qui commence en douceur avec Seatizen Mood. Groupe français de Nouvelle-Calédonie (à 16.748,86km de là, soyons précis), aux accents rock, pop, funky et blues. Effectivement le chant de Nina est très marqué Soul, ce qui fonctionne très bien sur certaines chansons, peut-être un peu moins sur d’autres. Les guitaristes (Jim et Benji) se partagent les parties, appuyées par un basse/batterie très solide. On aurait peut-être apprécié un peu de synthé pour varier et saupoudrer le tout, reste que la recette actuellement fonctionne bien, et que le public est très réceptif !
Viens ensuite She-Wolf , qui vient de mettre en ligne son nouveau clip. Le désormais trio a la patate, et la louve Alice (Chant/Guitare) est une fois de plus déchaînée ! Ça bouge a fond sur la scène et ça descend même dans le public. Les titres s’enchaînent au rythme de la section rythmique (Fanny et MC), bien présente. Hélas, quelques problèmes de son dans les retours visiblement. Idem en façade avec une basse qui est un peu trop présente et une guitare un peu en recul. Le Bus Palladium nous avait habitués à mieux ! Quoi qu’il en soit le concert est très énergique, rythmé par les cris, les paroles (« I’m not your fucking toy ! »). On retrouve un vrai coté « Riot grrrl » façon année 1990, sans tomber toutefois dans un militantisme bête et méchant. Les paroles se suffisent à elles-mêmes et c’est très bien comme ça !
A VOID conclura donc cette soirée. On commence très calmement avec « A Rose » et « Bodies Are Dumb », mais très rapidement cette accalmie prendra fin avec « Complainte » (dont j’avais déjà parlé lors de la critique de l’album), qui réveille le public et le fait bouger dans tous les sens et même pogoter ! La sauce a bien pris, et ce malgré un son toujours aussi déséquilibré (mais que fais l’ingé-son ?!). Camille (Chant/Guitare) nous balance du riff, accompagné au chant par Marie (Batterie/Chant) dans un duo performant et efficace. Aaron (Basse) n’est pas non plus en reste, bouge de tous les coté de la scène, et pousse gentiment Camille pour pas que les câble s’enmèle. Les chansons s’enchaînent et on est pris dans une spirale grungy avec un petit « Jeopardy » extrait de leur 1er EP sorti en 2016. Le groupe finira par « She Threw Her Baby on the 7th Floor », avec Aaron qui pique la guitare de Camille, et Robin, ancien bassiste du groupe qui récupère temporairement sa place. 6 minutes intense, qui s’achève par un saut de Camille en plein dans la batterie.
Texte : Benoit Adam

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire