Rencontre avec Fews

[Précédemment dans Fews]  The Unchained a croisé la route de Fews en 2016, quelques temps après la sortie de leur premier album Means et lors de leur passage à Paris en première partie des Pixies.  Nous avions alors découvert un groupe peu commun, avec des influences autant électronique que punk, garage ou noise.  En somme un groupe de punk qui fait de l’électronica ou des chansons electronica jouées par un groupe de punk.  La sortie de leur nouvel album Into red fût l’occasion parfaite pour discuter avec eux à nouveau.  C’est ainsi que par une belle journée ensoleillée (ta gueule Balzac et viens en au fait) que nous avons revu Fred (chanteur/guitariste) et Lulu (bassiste).

Salut les gars, que c’est il passé pour vous depuis qu’on s’est vus ?

 Lulu :  La sortie de Means fût le début d’une longue période de tournée, je crois que nous avons fait pas loin de 150 concerts.  Nous avons tourné en Europe mais aussi aux Etats-Unis où nous avons fait entre autre South by Southwest, puis la tournée avec les Pixies où nous nous sommes rencontrés lors de notre venue au Zénith.  Ça a été une année de dingue…

En enregistrant Into red, avez vous changé votre façon de travailler par rapport à l’enregistrement de Means… ?

 Fred : Ça a beaucoup changé.  Nous avons enregistré Means avec le producteur Dan Carey, un grand producteur alors qu’Into red fût enregistré avec Joaquim Lindberg, qui est un pote, ce qui a rendu la chose plus facile. Une ambiance plus posée, où on pouvait plus expérimenter, aller à notre rythme.

Donc pour vous la connexion humaine avec votre producteur est plus importante à vos yeux que son CV ?

 Fred : Complètement.  Dan est devenu un très bon pote durant l’enregistrement mais il y avait un truc plus posé avec Joaquim.

Lulu : On avait déjà enregistré deux singles (« Metal » & « Paradisio ») avec Joaquim et il y avait tellement une belle énergie qu’il nous parut évident de faire le reste de l’album avec lui.  On a vraiment pu prendre notre temps, d’autant plus que le studio était à 15 minutes de marche de nos maison.

J’ai lu que le morceau « More than ever » traitait du fait d’être apathique ; mais aussi que lorsqu’on grandit entouré par la vision romantique que donne les films, les livres ou la musique, le réveil est d’autant plus douloureux lorsqu’on est confronté avec la réalité.  Est ce que vous vous sentez comme ça et aussi  ; qu’est ce qui vous fait avancer de nos jours ?

 Fred : C’est exactement ça.  Il s’agit d’essayer de ressentir quelque chose.  Cet étrange état d’esprit pendant lequel les gens autour de toi sont en train de s’éclater et toi tu te demandes « est ce que c’est vraiment fun tout ça ? ».  Parce que tu as l’impression de ne pas ressentir les mêmes choses que tout le monde.

 Quels sont les autres thèmes abordé dans Into red… ?

Fred : Ma relation avec mon père, le fait de perdre « l’amour de ta vie ».  Que des sujets bien déprimants (rires)…

Si Into red était la bande originale d’un film, de quel film s’agirait il ?

 Lulu : Ouch ! J’aurais aimé que tu nous la poses avant histoire qu’on ait le temps d’y réfléchir.  J’imagine quelque chose de bien barré avec Nicolas Cage.  Disons Leaving Las Vegas de Mike Figgis.

Fred : Clairement ce serait ça !

Lulu : Nous aimons beaucoup Nicolas Cage donc si il lit cette interview nous adorerions entrer en contact avec lui! (rires)

 Oh !! Un clip de Fews avec Nicolas Cage ce serait mortel ! Ne vous en faites pas nous lui passerons le mot.(rires)

Vous semblez avoir un compte Instagram assez actif, est ce pour vous une nécessité que de jouer le jeu des réseaux sociaux ?

 Fred : Dans un sens oui, parce que tu as besoin en tant que groupe d’être vu, autant pour la promo, que pour booker des concerts.

Vous voyez simplement ça comme un outils ?

Fred : Nous ne sommes pas des aficionados d’Instagram, ça nous fait chier de poster des photos de ce qu’on a mangé ce midi.  On préfère faire des photos « bizarres »…

Lulu : Aussi la musique bouge tellement vite de nos jours.  Disons qu’un groupe est aujourd’hui « à la mode », dans trois mois ce sera un autre.  Surtout pour des groupes comme nous qui ont pris du temps avant d’avoir à nouveau de l’actu, c’est quasiment un rappel du fait qu’on existe.

Est ce qu’il y a des groupes dont vous vous sentez proches musicalement parlant ?  Quel serait le line-up rêvé pour un concert/festival avec notamment Fews ?

 Fred : Preoccupation, Proto mata, crack cloud.  Des groupes qu’on connaît personnellement et qu’on aime bien principalement.

 En gros vous préparez la teuf backstage.

Into red  est sorti le 1er mars 2019, vous pouvez  aussi vous procurer (ou réécouter) leur premier album Means mais surtout vous pouvez aller les voir en live à La Boule Noire le 23 Mars 2019!

Propos recueillis et traduits par Ru5ty

Photos de couverture par Nab’

photos de l’article par Emma Gibney

Be the first to comment

Leave a Reply