NORD – And Now There’s Only A River Left Behind

A la croisée des chemins entre rock alternatif/expérimental et post-rock, le groupe Nord émerge avec son premier album sorti fin novembre. And Now There’s Only A River Left Behind est aussi intriguant et mélancolique que son nom le laisse entendre. Si vous traversez une petite phase de déprime et qu’un bon death/grind/metalcore/truc violent (rayer les mentions inutiles) n’y sont pas la réponse, peut-être trouverez-vous chez Nord une petite touche de poésie, aussi douce que saisissante.

Après un E.P , Monster, sorti en 2015, Nord se lance dans une série de concerts et prépare cet album pendant 3 ans, en auto-production. On peut légitimement s’attendre à un résultat travaillé jusque dans le moindre détail. On en est assez proche en effet, l’album s’écoute sans lassitude grâce à ses multiples nuances.

unnamed

Préparez-vous tout de même aux riffs dissonants notamment sur « Ghost » , dont la première écoute peut surprendre. Si le début semble quelque peu “agressif” on se rend vite compte que le titre nous cache une mélodie plus agréable et paradoxalement rythmée dans une ambiance teintée de tristesse.

A vrai dire ce paradoxe se retrouve tout au long de l’album, si les paroles semblent être écrites avec des larmes, la musique reste assez souvent entraînante. Écoutez « Watch Me Burn » pour en être convaincu ! L’intro languissante, la touche de guitare sèche : on sent déjà la nostalgie nous envahir, et pourtant les riffs arrivent pour redonner un petit coup de fouet. On en revient donc à ce que je disais au début ; c’est travaillé, il n’y a aucun doute. On ne se lasse pas d’écouter ce titre sans vraiment savoir comment se sentir à la fin. Bien joué. Si on continue, « Holy Mountain » donne même carrément la pêche avec ses chœurs et ses violons : la touche délicate et efficace. On rentrera ensuite dans un côté plus metal avec « Ektos/Plasma », qui va détonner un peu avec le reste, mais toujours dans une ambiance maîtrisée.

Un album aux multiples facettes décidément, sans pour autant sembler “fourre-tout”. Les expérimentations sont bien exploitées, l’enchaînement des titres dévoile petit à petit les différentes surprises qui composent cet album pour finir sur l’éponyme « And Now There’s Only A River Left Behind ». Enfin presque, puisque l’album possède un titre  bonus instrumental, histoire de prolonger le plaisir.

Nord, And Now There’s Only A River Left Behind, sorti le 28 novembre en auto-production.

 

Texte : Cindy

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.