BLACK BOMB A + GUEST @ TRABENDO – 16/11/18

En approche du coin de la Grande Halle,  on va éviter de se laisser emporter par cette grosse  foule ce soir car on va direct se retrouver au Zénith pour Within Temptation avec corsets et New Rock d’un autre temps. Très peu pour moi, ce soir c’est virage à droite et direction Trabendo pour soirée bagarre complètement barge. B.A.S.T.O.N bordel de merde. Pour ça on a Black Bomb A et The Butcher’s Rodeo en première partie, en passant par l’instant dancefloor avec Sidilarsen. Un week-end qui commence carrément bien. Prépare ton dentier et prend une bière en attendant. 

L’attente ne sera pas trop longue car 5 minutes après avoir passé les portes du Trab’ c’est The Butcher’s Rodeo qui prend place et ce n’est pas sur la scène que ça se passe. Le groupe investit sans ménagement le pit. La batterie déjà prête, il ne manque plus qu’à lancer les hostilités. Le groupe qui a connu quelques changements cette année se présentait à Paris avec de nouveaux loups de mer ajoutés à son équipage à la guitare et à la batterie. Marins d’eau douce ou de vrais  loups de mers ? Confirmation dans quelques instants. 

 Les gars sont déjà dans le bain quand ils prennent d’assaut le pit en mode “rien à branler c’est chez nous, on vient tabasser” on est avertis et malgré cela ça tabasse direct et rappelle de bons souvenirs. On suit The Butcher’s Rodeo depuis quelques années et ça fait plaisir de les retrouver la bave aux lèvres. Le hobocore est dans le pit et c’est le typhon autour de la batterie. La bande de Vincent connait son boulot et les derniers membres arrivés sont rentrés dans la piraterie hobocore avec rapidité. Le public ne s’y est pas trompé non plus, nombreux sont présents avec des t-shirts du groupe qui retrouve une bonne fanbase ce soir. Il continue à balancer des lives généreux dans l’effort. Ce soir il en est de même en une petite demi-heure, du circle pit, de la houle et des titres à bagarre. Vince est toujours partout, à la fois au chant et à la barre et le reste du groupe  envoie le son au centre de l’arène et le public autour de soi. 

Les toulousains sont dans la place et pour la dernier date de la tournée c’est entre copains que ça se passe. Sur invitation de Black Bomb A, Sidilarsen vient transformer le pit du Trabendo en dancefloor. Ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère, et dès les premiers titre entre les fans du groupe et les amoureux de la baston ça devient chaud, le pit est déjà en ébullition. En attendant de « Retourner la France », Sidilarsen retourne Paris et Le Trabendo plus précisément. Son electro metal fait toujours son effet et ne ratera pas son coup ce soir. Pas le temps de souffler, juste un Trabendo qui répond adéquatement à l’énergie du groupe et de sa musique. A grand renfort d’écrans qu’ils ont réussis à faire tenir sur la petite scène du Trabendo, Sidi déroule son set avec la même efficacité. «De Back To Basics» en passant par «Dancefloor Bastards» et «Des Milliards».  Une tournée qu’on conclue de la meilleure des façons pour Sidilarsen. 

Maintenant il ne reste plus qu’à reprendre là ou on s’était arrêtés juste avant la parenthèse dancefloor à la toulousaine, c’est à dire, la B.A.G.A.R.R.E. Black Bomb A vient pour tout cramer et ne le fait pas à moitié. Avec un dernier album éponyme enflammé et encore plus furieux que jamais, le groupe reprenait la scène du Trabendo 3 ans après avoir déjà tout pété. Les alarmes hurlent, l’état d’urgence est annoncé, la bombe A est prête à exploser. C’est « Double »  qui explose la salle d’entrée de jeu et le souffle emporte Paris. BBA est chaud et le fait savoir.

Entre les quelques titres du dernier opus comme ” Greed” ou “Wake Up ” et les charges explosives  déjà connues du public, c’est la deuxième qui fait le plus de dégâts.  Difficile d’en faire la liste tellement que ça tabasse! La machine de guerre Black Bomb A est déchaînée et les titres s’enchaînent et déchaînent. Le duo Poun/Arno marche toujours autant et le bordel dans le public le confirme, ils savent tirer parti de la fosse bien nerveuse. «On fire», «Kill Yourself» ou bien «Police Stopped Da Way» des hymnes à la destruction de pit. On est un peu paumés et sonnés dans cette guerre totale. 

« The Point Of No Return » c’est un peu ce que met en scène ce titre, le Trabendo est en roue libre on ne peut plus retourner en arrière.  Les circle pit s’enchaînent pour atteindre le plus haut degrés sur le très attendu « Mary », le titre qu’ils ne pouvaient pas éviter de jouer ce soir. Et aussi le titre qui va foutre le bordel total avec les Sidi et les Butchers en coeur et le public en masse sur la scène. Mais on ne pouvait pas finir sans un « Make Your Choice » fort de sens aujourd’hui. Un gros final généreux

Black Bomb A est cette valeur sûre qui t’explose la salle en un rien de temps, de la nitro sous tension prête à tout faire péter et c’était encore le cas ce soir. 

Merci à Rage Tour et L.O. communications. 

Texte: Anthony Tucci

Photos: Mario Ivanovic

 

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.