Skálmöld – Sorgir

Qu’est-ce qui différencie un groupe folk d’un autre ? Comment se démarquer dans ce style qui semble, depuis quelques années, avoir le vent en poupe? On voit fleurir un grand nombre de groupes s’essayant dans les sonorités « païennes » avec des instruments traditionnels … Ou pas ! Car le folk ne se limite pas aux instruments,  on croit souvent, à tort, qu’ajouter une flûte suffit à se faire nommer  « pagan ». Le groupe dont je vous parle aujourd’hui,  Skálmöld,  prouve que pagan ne rime pas avec chanson à boire.

Alors oui dans le pagan/folk metal il y a de tout . Des groupes très portés sur le divertissement qui favoriseront des riffs simples mais entraînants et des paroles légères (Et ça marche ! On aime aussi simplement s’amuser en écoutant de la musique . Et boire en concert. Avec modération…). Mais il y a aussi ceux qui sont le fruit d’années de recherches et lectures diverses pour comprendre et assimiler les cultures anciennes. Ajoutez à cela le temps qu’il faut pour maîtriser des instruments traditionnels (et je ne parle pas de flûte), ou ne serait-ce que les trouver ! Et là vous comprendrez que nos amis vikings de Skálmöld, sans même utiliser  les-dits instruments traditionnels (je ne parle toujours pas de flûte) , sont sérieux, très sérieux.

Skalmöld 1 - Photo Credit Gupbi Hanneson.png

Leur sixième album Sorgir, saura séduire très rapidement les fans du groupe. Vous sentirez une certaine maturité, une évolution foisonnante de leur musique. Pour ceux qui découvriront, il saura conquérir votre cœur par cette touche originale, celle d’un album conceptuel très travaillé.

Ce qui est intéressant avec Sorgir, c’est la façon dont l’album est traité. Une ligne directrice vient donner un ton très intense à cet album dont le nom signifie “chagrins”. Autant dire qu’il n’a absolument rien de joyeux, en revanche, il surprend par la façon dont la musique retranscrit à merveille ce thème central de la tragédie et de la mort. La voix torturée (et typique de Björgvin Sigurðsson) respire la souffrance et les chœurs  harmonieux des voix du reste du groupe – la touche folk présente tout au long de l’album, comme un rappel incessant – vous immergent au plus profond des traditions islandaises.

Ce qui est encore  plus fascinant c’est le fait que chaque morceau réussit à être unique, à avoir sa propre identité tout en étant, soit dans la veine battle metal (ou viking metal),  soit très heavy ou alors vraiment très folk. Cependant on peut difficilement coller une étiquette aux chansons qui peuvent changer en plein milieu! “Gangarì” d’un abord assez épique devient très heavy. Le superbe “Móri” condense même un aspect folk en intro puis très mélodique grâce, entre autres,  à la voix féminine puis s’intensifie : un des meilleurs titres de l’album sans aucun doute.  “Brúnin” et “Mara” mettent à l’honneur les guitares avec de magnifiques solos… Au final on pourrait s’amuser à détailler tous les aspects de chaque chanson, mais ce ne serait pas pertinent! Elles s’écoutent et se vivent…

 Sorgir un pari périlleux? Oui, mais un pari gagné !  Car le dynamisme de l’album l’emporte. L’ordre est aussi très bien choisi car chaque nouveau titre sera une nouvelle découverte, voire une surprise car lorsqu’on passe de “Sverðið” mélodique et languissante à la très heavy “Brúnin”, on se demande pendant quelques secondes si on n’ a pas changé de groupe. Sorgir c’est aussi une multitude d’histoires, de l’homme qui tue la femme de sa vie, à celui qui meurt (connement, il faut le dire) sur un champ de bataille après que son épée se soit brisée… Je vous invite d’ailleurs à découvrir  plus amplement ces histoires sur le facebook du groupe qui lance une compétition artistique expliquant tous les jours les paroles des chansons. Comme je ne parle pas islandais, c’est le meilleur moyen pour vous de vous immerger dans l’ambiance ! (Sortez les mouchoirs au préalable !).

Skalmöld 3 - Photo Credit Gupbi Hanneson.png

Il y a pourtant bien un reproche à faire à cet album… Il est trop court ! 8 titres plus un titre bonus – rien d’autre que “Höndin Sem Veggina Klórar” single sorti en 2017 avec le groupe Omnium Gatherum – on en voudrait plus ! C’est un faux reproche bien entendu car les morceaux sont tellement travaillés qu’on ne voudrait pas en demander trop… La qualité avant la quantité !

 

Sur ce, je décroche mon bouclier j’attrape mon fléau d’armes et je me prépare pour la bataille (accessoirement j’apprends l’islandais pour chanter convenablement sur les champs de…. Heu en concert). En parlant de concert en début d’article je parlais de groupes portés sur le divertissement, et bien c’est avec Alestorm que Skálmöld est en tournée, pour les chanceux qui auront l’occasion de les croiser… Étonnant non? Pas tant que ça lorsqu’on sait que sur l’album précédent les islandais reprenaient quelques titres du célèbre groupe de pirate metal! Comme quoi, on peut être très sérieux et plus léger à l’occasion! Le pagan metal ne cessera jamais de nous surprendre…

Skalmöld Tour

Skálmöld, Sorgir, sorti le  12 octobre chez Napalm Records.

Texte : Cindy

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.