Inktober ou le mois du dessin quotidien sur les réseaux sociaux !

Initié par Jake Parker* en 2009, le Inktober propose aux illustrateurs de tout poil de produire et de partager sur internet un dessin par jour et ce tous les jours d’octobre. Un défi mondial que relèvent autant les amateurs que les professionnels. Pendant ce mois, les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, Tumblr…) sont submergés de dessins de tous styles et c’est un vrai bonheur pour les yeux et pour l’art.

yeux alice cooper

A l’instar des 24h de la BD (projet initié par Lewis Trondheim à Angoulême en 2007 – vous trouverez une petite mise en bouche du concept dessinée par Boulet en cliquant sur ce lien par exemple), les dessinateurs aiment bien se lancer des défis. Parfois si contraignants que certains arrêtent en cours de route, ou commencent quelques jours plus tôt pour palier à un potentiel manque de temps (bon eux, clairement, ils n’ont pas tout à fait saisi le concept, mais passons). Inktober apparaît comme un marathon du dessin où chacun s’impose une rigueur quotidienne qui permettra de se faire connaître, mais aussi d’acquérir des automatismes et de progresser en dessin. Sans pression, mais nécessitant quand même une certaine volonté (comme pour tout en fait ; rentabiliser ta carte à la salle de sport ou décoller les yeux de Netflix et les fesses du canap pour sortir dans le froid et aller au p’tit concert indé d’à-côté). Enfin bref, le défi est là, sous le regard des internets.

Le site de Jake Parker propose une liste officielle de thèmes. Mais chacun est libre et on voit fleurir un peu partout des listes alternatives (Harry Potter, Doctor Who, thématique Witches…). Beaucoup de déclinaisons pour un max de passion en somme. Toute une communauté se met en branle en octobre pour l’occase et c’est émouvant.

Il suffit de traîner sur les réseaux sociaux et je suis sûre que vous tomberez sur des pépites, en suivant les deux hashtags : #inktober ou #inktober2018 (et si vous êtes tentés par la version gore : #goretober ou #goretober2018).

Tous les styles de graphismes sont représentés.

Des illustrateurs pro participent à ce challenge comme Pénélope Bagieu (auteure des très bonnes « Culottées » ou Davy Mourier, l’incroyable touche-à-tout geek qui a bercé mon adulescence.

Voici aussi en vrac, une sélection d’amateurs : Djigui et son trait comico-urbain et sauvage, l’art poético-numérique de Felix Elsner, les personnages manga dérangeants attachants de That One Eyeball, le creeptober  d’Omega Black, le mignon glauque n&b de Ca Sert d’Os, le girl-power masqué de Capillo, le dessin naïve et de métalleuse de Grenouille, le viril coloré de Toysovore, ou la jeune artiste Syrtis et ses dessins noirs d’outre-tombe. Julie proposera également quelques dessins pendant ce mois d’octobre à cette adresse .

Fouillez ! Fouillez ! Y’en a vraiment pour tous les goûts ! Vous pouvez aussi suivre des gens comme Nimentrix qui répertorie ses meilleurs Inktobereurs, via son site ou via son Pinterest .

Derrière certains dessins, se cache aussi la dure réalité professionnelle des auteurs-illustrateurs. Métier-passion oui, mais dont le coût moral et financier est devenu trop important. Beaucoup d’auteurs-illustrateurs démissionnent de leur fonction pro à cause de la précarité que leur offre le droit du travail. Des contraintes sur-exigeantes et une protection sociale quasi-inexistante. Ce n’est pas parce que cela fait partie de la culture que les droits de ces travailleurs doivent être piétinés. https://www.auteursencolere.fr/

On devrait se réjouir de la variété de l’offre culturelle et la possibilité d’expression en France. Mais pour combien de temps ? Certains artistes alertent comme Joann Sfar ou Narcisse Slam dans sa vidéo « La culture est acculée »…

Encourageons la création artistique sous toutes ses formes, mais aussi les créateurs ! Chaque occasion est bonne et la visibilité via Inktober peut être un tremplin naïf mais réel.

 

Texte : Anna B. Void

 

 

* à ne pas confondre avec la rédactrice web Jack Parker et ses multiples blogs dont le génial Passion Menstrues qui a finalement donné lieu au livre « Le grand mystère des règles » (sorti en poche le 19 septembre dernier chez J’ai Lu).

Le-grand-mystere-des-regles

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.