FUZZY SOUNDS FESTIVAL @ FGO BARBARA – 11 et 12/05/18

 

Qui aurait cru voir un jour un festival de stoner en plein coeur de Barbes ? Et bien les fous furieux organisateurs frénétiques de concerts de graisses saturées de Below The Sun y ont cru et ils ont bien fait car est né sur un coup de tête le Fuzzy Sounds Festival. On ne vous présente plus cette association grandissante qui sait mettre les petits plats dans les grands et en quelques semaines proposer une belle affiche (autant le visuel que les groupes) pour une toute première édition d’un festival DIY de fuzz, de bières et de bonne humeur. 

C’est au FGO Barbara que ça se passe, et découvrir une nouvelle salle où on n’a pas toujours l’habitude d’aller, c’est juste parfait. Une SMAC parisienne avec salle de concert 300 places, salles de répétitions, studio bar, mezzanine. Un bel endroit bien équipé en plein coeur du quartier animé Barbes / Goutte d’Or. Et c’est ce 11 mai que la première se lançait, un jour bien sympa étant donné que c’est mon birthday du coup une bonne façon de fêter ça avec du gras !! 

Pour l’ouverture c’est Witchfinder au programme. Alors une chose, Le doom et la sorcellerie, c’est une vieille  histoire mais ça risque d’être difficile pour les prochains étant donné le nombre de groupes à la pelle en Witch. Bref, ça n’empêche pas les clermontois d’offrir un bon set, contents d’être là pour cette première et on remarque surtout la propreté du son qui nous change un peu des habitudes. Des bonnes conditions pour ce genre de musique, ça fait du bien.  Musicalement c’est bon même si ce n’est pas très original mais il faut reconnaitre que le groupe envoie vraiment ce qu’il faut. C’est ici bien proposé et parfait en ouverture pour un set court de mise en bouche et l’échauffement du cou et de la nuque. Ce qu’il faut en apero.  Car en plus Below propose des running order assez intelligents étant donné qu’ Alunah doit suivre, dans une transition parfaite. On reste dans le même genre mais avec une touche plus sexy quand même.

witchfinder 2

Cela ne nous empeche pas de faire le tour du lieu et de trouver sur la mezzanine l’emplacement des stands, qui pour l’occasion sont complétés par des revendeurs de disques, graphistes ( Vade Retro et l’incontournable Jo Riou) mais aussi stand de tatouage par Natacha Kikxx. C’est bien pensé pour proposer un peu de tout autour de la musique. 

Alunah c’est tout droit de Brimingham qu’ils proviennent et les habitués des Stoned Gatherings les connaissent bien. Emmenés par la charismatique chanteuse Siân Blu Greenaway et sous l’égide musical des patrons qui ont fait de Birmingham le temple sacré, Alunah propose ce doom lourd et planant à la fois. Des riffs Sabbathiens, une voix envoutante, le tout dans des rythmes lents et suaves. Le Doom est aussi féminin que masculin et Alunah en est la preuve. Un dernier disque sorti l’année dernier au sein de l’écurie Napalm records, les anglais savent de quoi ils parlent. La reprise de The Cure sur « The Forest » confirme leur talent et notre envie de les retrouver rapidement sur scène. 

 

Des groupes qui confirment la qualité sonore de la salle, une audience qui se fournit et  une bonne humeur d’ensemble donnent le ton d’une soirée qui part pour être réussie et les bretons de Stonebirds le confirment dans un élan plus progressif et aérien que diffuse leur musique. Une basse tout droit sortie d’une groupe de djent et des titres qui offrent une vague de fraîcheur entre ces lentes sonorités doomesques. Une musique qui puise dans un peu de tout, psyché, saturé,  aérien et poétique  pour balader les spectateurs de titre en titre tout en sachant mettre la dose de fuzz et de graves avec un dernier album  défendu ce soir et dont les titres oscillent parfaitement entre l’air et les profondeurs dans une énergie dosée comme il se doit tout au long du set. On ne relâche pas l’attention d’une seule miette.  Une heure de set (ou presque) et qui confirme tout le bien qu’on pense des bretons.

 

Une tête d’affiche de la soirée qui allait quant à elle plutôt emmener le public vers le bluesy et des rythmes plus énervés. Les belges de Your Highness annonçaient une fin de première soirée rythmée comme il faut et ça n’a pas manqué. Absents de la capitale parisienne depuis au moins 3 ans et la soirée organisée par les Stoned Gatherings en compagnie de Torche et Watertank, le retour des belges découverts du côté de la porte de la Villette était donc attendu. Et ils l’ont tout de suite senti avec un set efficace et rythmé d’entrée. Cloture de ce premier jour et contents de retrouver la capitale c’est rapidement que l’ont va headbanguer comme il se doit. Une heure de set intense et chargé qui verra rapidement apparaître la botte secrète du groupe avec le titre “Desertkater” grosse claque qui mettra tout le monde par terre. Entre ces mélodies, les guitares saturées et une voix grasse, puissante et éraillée Your Highness a mis tout le monde d’accord. Une heure de set qui se terminera comme il a commencé, avec la conviction qu’on devrait les voir plus souvent dans nos contrées. C’est punchy, efficace et mélodique à souhait pour un groupe qui mériterait beaucoup plus.

your highness 3

your highness 1

Et c’est clairement  le même ton qu’allait proposer cette deuxième journée. Une tonalité dans les graves, les grasses et le fuzz et ça promet jusqu’à la fin étant donné le programme. Autant dans la découverte que dans la valeur sure du genre. Below The Sun aura proposé une belle brochette de groupes pour ces deux jours qui seront clôturés par les londoniens de Steak.

Pour commencer les festivités c’est le jeune groupe Decasia qui démarre dans une salle pas encore très pleine. Et pourtant elle aurait dû  l’être car  ce groupe est une très bonne découverte. Certes ils n’inventent rien de nouveau mais ils s’avèrent efficaces entrainants dans leur heavy psyché qui communique clairement l’énergie pour cette fin d’après- midi et c’est ce qu’il fallait pour ouvrir.

decasia 1

Le groupe d’après nous arrive tout droit de Paris aussi, et c’est également du Heavy /Psyché, avec Domadora qui nous offrira un jam dantesque aux inspirations aspirantes.  Durant tout le set nous étions envoûtés et nous avons joués aux montagnes russes entre tempos lents et temps calmes avec temps rapides montants crescendos.  Et niveau technicité des riffs et de l’instrumental je dois dire que l’on avait rien à redire bien au contraire !

Les lumières se rallument place au 3eme groupe : Mantra Machine du stoner/ psyché venu des Pays-Bas. Si je devais résumer ce set en une seule phrase je dirais : expérience psychédélique, comme un voyage à travers l’espace, au vue des vidéos psychédéliques et celles du début de set faisant penser à un début d’un épisode d’Xfiles. Le groupe a su gérer son set de telle sorte qu’à la fin la foule qui se faisait de plus en plus dense dans la salle en redemande et se demande en même temps où est passé le temps tellement le set parut rapide! Le point fort du set fut aussi là sérénité  que l’on a pu ressentir durant les chansons qui s’enchaînèrent les unes après les autres, une autre belle découverte en ce jour !

mantra machine

mantra machine 3

Le 4eme groupe qu’on commence à ne plus présenter est GlowSun, du psyché / rock venant de Lille. Le set se déroule avec des riffs entraînants, lourds, gras et saturés plus que jamais. Beaucoup de personnes arrivent , la salle se remplit presque au complet. Le set se déroule avec des chansons dont une nouvelle qui fit sensation. Entre chaque chanson les  membres du groupe se détendaient avec des traits d’humour, ce qui je l’avoue m’a beaucoup amusée. Mais le plus sensationnel si je puis dire fut vers la fin de la dernière chanson leur guitariste cassa une de ses cordes en pétant littéralement un câble tellement il semblait en transe.

 

Après GlowSun il manquait plus que 2 groupes phares, pour qui les personnes étaient venues aujourd’hui. Et lorsque Mars Red Sky entra sur scène la foule fut immédiatement enthousiaste. Aujourd’hui nous pouvions sentir pour qui venait la foule, le set commença. Ce que l’on peut dire sur le set est qu’il fut lourd et massif, un sans fautes niveau instrumental et voix, autant qu’au choix de la set -ist. Le set fut maîtrisé du début à la fin et la foule en redemanda encore, tant leur set nous transporta dans une espèce de transcendance psychédélique.

 

Et enfin fut le temps au dernier groupe, et pas des moindres, de rentrer sur scène :  Steak du Heavy  /fuzz/roll, originaire  de Londres. Ce fut le groupe pour lequel la foule se déchaîna tellement que l’on vit apparaître des pogos dans la salle. Les gens ne virent pas le set passer, et c’est vrai qu’après 1 h 10, à l’unanimité,  tout le monde cria un rappel qui n’a jamais eu lieu. Durant la prestation, leur énergie était folle, ils se donnèrent tous à fond sur scène. Les mimiques du chanteur me firent même penser à ceux du chanteur d’Orange Goblin. le concert se termina à mon goût bien trop vite, vivement qu’ils reviennent plus longtemps sur scène en France !

steak 1

steak 3

Merci à Below the sun pour ce beau festival et rendez vous peut être l’année prochaine ? On l’espère en tout cas.

Texte: Anthony / Aurélia

Photos : Aurélia Sendra

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.