SANDOME NO SATSUJIN (THE THIRD MURDER) – KORE-EDA HIROKAZU

Un jour, six aveugles instruits et curieux désiraient rencontrer un éléphant. Lorsque le premier s’approcha de l’animal, glissant le long de son flanc, il s’exclama : « l’éléphant est comme un mur ». Le deuxième, tâtant une défense s’écria : « Selon moi, l’éléphant ressemble à une lance ». Le troisième, prenant la trompe dans ses mains dit : « Pour moi, il ressemble à un serpent ». Le quatrième palpa le genou et fut convaincu qu’il s’agissait d’un arbre. Le cinquième, s’étant saisi d’une oreille, s’émerveilla de sentir le vent d’un grand éventail. Quant au sixième, s’emparant de la queue qui balayait l’air, affirma qu’il s’agissait d’une corde. Après de longues discussions passionnées, tombant chacun dans un excès ou un autre, insistant sur ce qu’il croyait exact, les 6 aveugles croisèrent un vieux sage qui leur dit : « Vous avez tous dit vrai ! Si chacun de vous décrit l’éléphant si différemment, c’est simplement parce que chacun a touché une partie de l’animal très différente. L’éléphant a réellement les traits que vous avez tous décrits. »

Cette parabole, racontée par l’un des protagonistes, restitue parfaitement l’atmosphère trouble, empreinte de questionnement et de doute permanent qui baigne Sandome no satsujin (distribué en France sous le titre The third murder). Sorti au Japon en 2017, le nouveau film du très prolifique réalisateur Kore-Eda Hirokazu est un huis-clos magistralement interprété sur les rouages de la justice et sur les implications personnelles des acteurs de cette implacable machine judiciaire. Plus habitué des drames intimistes – le public français le connait surtout pour sa trilogie sur la famille constituée par Nobody knows en 2004, Still Walking en 2008 et Tel père, tel fils en 2013, Hirokazu s’essaye aujourd’hui au film de tribunal : un cabinet d’avocats est mandaté pour défendre un homme emprisonné pour avoir violemment assassiné le directeur de l’usine qui venait de le licencier. Tâche particulièrement ardue d’autant plus que l’homme a déjà été condamné pour un précédent meurtre trente ans auparavant et qu’il n’a de cesse de revenir sur ses aveux concernant son nouveau forfait.

the-third-murder_1

Peu intéressé à première vue par la dimension pourtant éminemment politique du sujet – le Japon applique encore la peine de mort et plus de 80% de la population approuve la législation en cours – le réalisateur va, comme à son habitude, plus s’attarder sur la perception humaine du sujet et sonder ainsi ce qu’elle révèle de plus intime chez les participants du drame. En forme d’autopsie d’un meurtre, Hirokazu prend la main des spectateurs pour les emmener aux côtés du trio d’avocats en quête de justice. Convoquant toutes les problématiques humaines autour de ce thème : mensonge, refoulement, déni, faux-semblants, etc., le réalisateur va finalement dérouler un récit qui va s’employer moins à résoudre l’enquête qu’à remettre en cause l’impartialité du système judiciaire et ses conséquences à échelle humaine.

the-third-murder_5

Ponctué par les rencontres au parloir, le récit s’articule autour de la confrontation entre le trio d’avocats, mené par le cynique Shigemori, et l’accusé Misumi, jusqu’au dénouement dans l’enceinte de la salle de tribunal. D’abord convaincue de pouvoir éviter la peine de mort à son client, la défense plaide coupable, appuyée en cela par les déclarations de Misumi qui tendent à impliquer, par complicité, la femme du directeur dans la préméditation du meurtre. Mais, alors que le procès a commencé, plusieurs événements viennent mettre en difficulté la stratégie des défenseurs et font vaciller les certitudes de l’imperturbable Shigemori. Cette fois-ci, Kore-Eda Hirokazu, d’habitude apôtre d’un cinéma non spectaculaire à l’approche quasiment documentariste,  ne lésine pas sur les revirements de situation et, jusqu’à la toute dernière scène du film, met les nerfs des spectateurs à rude épreuve.
Même si, de prime abord, on pourrait croire le cinéma d’Hirokazu délesté de ses préoccupations habituelles sur la famille, le fil du récit fait revenir le naturel au galop. Car ce sont au final quatre situations de famille qui viennent s’imbriquer et se superposer au récit premier pour questionner le rapport à la vérité. Plusieurs questions s’imposent alors d’elles-mêmes : quel est le réel motif de l’accusé ? L’exercice de la justice consiste-t-il à découvrir la vérité ou alors à appliquer une peine équivalente au crime commis ? Avec des problèmes inhérents à sa propre vie, peut-on exercer une justice impartiale sans que lesdits problèmes viennent interférer dans notre appréciation du réel ? Ainsi, lorsque Sakie, la fille de la victime lève brusquement le voile sur tout un pan caché de sa propre existence et de celle de son père, l’avocat Shigemori se trouve tiraillé entre la fonction politique et économique de son métier d’avocat et ses convictions et/ou contradictions personnelles.

the-third-murder_2

Kore-Eda Hirokazu et son chef-op Yohei Taneda utilisent ainsi les scènes de parloir pour illustrer à merveille le glissement progressif de Shigemori dans le doute et mettre en scène son désemparement face au personnage complexe de Misumi. D’abord filmés tous ensemble, les avocats sont ensuite deux, puis seul Shigemori participe aux entretiens avec le prévenu. Deux caméras d’abord placées pour effectuer un champ/contrechamp se combinent pour ne constituer qu’un seul angle de vue utilisé pour filmer Shigemori et Misumi de profil. Enfin, lors du dernier entretien, la caméra ne cadre plus que Misumi, seul un jeu de lumière faisant se refléter le visage de Shigemori sur la vitre séparant symboliquement les deux hommes.

the-third-murder_4

Peu importe au final la culpabilité de Misumi, semble nous dire Hirokazu. L’important est le cheminement de l’esprit vers l’adéquation des faits et leur énonciation, loin des effets de manche et des plaidoyers théâtraux, la préoccupation du réalisateur/scénariste s’attardant plus sur les conséquences irréversibles du verdict que sur les circonstances du meurtre qui ne semblent faire aucun doute. D’où le titre du film (là aussi petite nouveauté chez Hirokazu, d’habitude moins virulent dans sa démarche de cinéaste) qui accuse les défaillances d’un système qu’on voudrait infaillible, qu’on ne remet pas en cause de peur d’y découvrir la part sombre de notre société.

Sortie le 11 avril 2018
Scénario et réalisation : Hirokazu Kore-eda

Avec :
Masaharu Fukuyama : Tomoaki Shigemori
Kôji Yakusho : Misumi
Suzu Hirose : Sakie Yamanaka
Yuki Saitō : la mère de Sakie
Kōtarō Yoshida : Daisuke Settsu
Shinnosuke Mitsushima : Kawashima
Izumi Matsuoka : Akiko Hattori
Mikako Ichikawa : Shinohara
Isao Hashizume : Akihisa Shigemori
Aju Makita : la fille de Tomoaki
Hajime Inoue : Ono

Texte : Jimmy Kowalski

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s