Exhumed & guests @ Gibus – 12 avril 2018

Ce soir, c’est une messe dédiée du death-grind qui a lieu au Gibus, le célèbre club du quartier de République à Paris. Cette salle, autrefois spécialisée dans le rock mais qui continue de proposer des concerts bien bourrins, a un statut culte auprès des multitudes tribus urbaines qui peuplent la capitale ! Le Gibus, c’est un peu le CBGB français. Il faut dire que j’écume cette salle depuis plus de 25 ans maintenant et que j’y ai donc accumulé un grand nombre de souvenirs ! Le concert est donc placé sous le signe du métal extrême…et ce n’est rien de le dire au vu de l’affiche.

Les hostilités démarrent tout en finesse avec les parisiens de Grist. Leur style est hargneux et ultra-speed. Pas de doute, il s’agit bien de grindcore mais avec un petit côté crust. Les musiciens ne sont pas des inconnus puisqu’on y retrouve Blastum, le batteur des black metalleux de Merrimack, ainsi que Julien, le chanteur des death metalleux bordelais de Gorod. Que l’on aime ou pas ce groupe, on est obligé de reconnaître que leur musique est sans concession, faite de blast beats et de riffs incisifs. Un groupe qu’il faudra suivre à l’avenir !

Grist 3

Grist 2

Après une courte pause, on enchaîne avec un groupe tout aussi brutal : Les teutons d’Implore. Actif depuis 2012, les allemands ont déjà deux albums studio à leur actif, ainsi que trois EP et un split. Ils jouent un death-grind aussi speed que précis avec une petite touche de crust-core. Le bassiste-chanteur du groupe Gabriel « Gabbo » Dubko a une allure reconnaissable avec les tatouages qui recouvrent ses bras et son cou et sa maigreur extrême.

implore 5

En l’espace d’une demi-heure, le trio enflamme la scène du Gibus avec ses morceaux au tempo ultra-speed, proposant un concentré de rage à l’état pur. J’ignorais jusque-là l’existence de ce groupe mais leur concert m’a donné envie de me pencher plus avant sur la question !

implore 1

Dans la foulée, place aux finlandais de Rotten Sound qui défendent la cause du grindcore depuis 1993 et qui ont sept albums studio à leur actif et autant d’Eps et de live. Inutile de le préciser : Leur musique ultra-speed, mélange de brutal death et de grindcore, porte la marque du death metal scandinave avec ce son si particulier popularisé depuis les premiers albums d’Entombed, Grave ou encore Dismember.

rotten sound 1

Sans pitié pour leurs auditeurs, les musiciens du groupe assènent leurs riffs assassins devant le public du Gibus Club qui en redemande. Pendant leur set, on recense quelques slams et des pogos en veux-tu en voilà.

rotten sound 2

Après cette cure de violence made in Finland, on passe aux vedettes de la soirée, à savoir les américains d’Exhumed. Ces derniers ont pour mission de clore la cérémonie et j’ai comme l’impression que c’est tout à fait dans leurs cordes ! Ils sont venus ce soir défendre leur dernier album, « Death Revenge », qui est d’une qualité imparable et comporte notamment une reprise d’Exodus (“A lesson in violence”). Originaires de San José en Californie, les musiciens d’Exhumed ne sont pas pour ainsi dire que des débutants. En effet, le groupe s’est formé en 1990 et n’a pas moins de sept albums studio dans sa discographie. Ayant découvert le groupe avec leur premier album (« Gore Metal ») en 1998, j’avoue ne plus avoir trop suivi le reste de leur carrière, ce que je regrette amèrement aujourd’hui.

exhumed 3

exhumed 2

En effet, au cours de leur set d’environ une heure, les californiens ont démontré leur professionnalisme ainsi que leur maîtrise exemplaire. Leur death grind old school n’est pas pour ainsi dire très original mais il n’en est pas moins extrêmement efficace ! Leur chanteur, Matt Harvey, a des faux airs de Mille Petrozza (le vocaliste de Kreator). Au cours de leur concert, un comédien déguisé en chirurgien monte régulièrement sur la scène brandir soit une tronçonneuse factice soit une tête coupée en carton-pâte. Certes, tout cela fait très grand guignolesque, voire un peu ridicule, mais n’enlève rien à l’efficacité et la radicalité de leur son ! Au terme d’un rappel, les membres du groupe tirent leur révérence. Finalement, leur concert m’a donné envie de me replonger dans leur discographie, ce qui tend à prouver qu’Exhumed est un groupe majeur du genre !

exhumed 5

exhumed 4

 

Setlist Exhumed :

1 – The anatomy act of 1832

2 – Defenders of the grave

3 – Lifeless

4 – Necromaniac

5 – Limb from limb

6 – Necrocracy

7 – Waxwork

8 – Decrepit Crescendo

9 – Torso

10 – Dead end

11 – Distorted and twisted to form

12 – Coins upon the eyes

Encore

13 – Open the abscess

 

Un grand merci à Garmonbozia pour l’accréditation.

Texte : Mathieu

Photos : Aurélia

 

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.