BD – Du Sang sur les Mains de Matt Kindt

C’est une bande dessinée fascinante et enthousiasmante venue des US qui retient l’attention en ce début d’année[1].

couverture du sang sur les mains

Soit un policier, le détective Gould, opérant dans la ville de Diablerouge à la frontière du Canada, et résolvant efficacement et de manière obsessive de multiples affaires banales, classiques ou incongrues, dans l’admiration de ses concitoyens et de la presse (et pour son propre ego), même s’il est bien noté que plus Gould résout des affaires, plus le crime s’accroit dans la ville !

Donc le livre-puzzle est découpé en chapitres correspondant pour la plupart à une affaire au titre savamment choisi (Le tigre, Le réparateur, L’artiste de la fuite … voire Voilà c’est la fin). Sous forme d’un patchwork, les chapitres comprennent la description de l’affaire, son déroulement et sa conclusion (?) de façon neutre ou du point de vue d’un protagoniste coupable, en bande dessinée normale, dans un dessin “relâché”. Mais aussi un extrait de l’article de la gazette locale relatant les faits et l’arrestation du coupable, des éléments de sa vie privée, une courte BD dans la BD sur le détective dans le style strips typiques d’un quotidien genre Dick Tracy, des couvertures de bouquins cheap. Enfin l’agencement du livre intègre un dialogue réparti tout au long de ces affaires, sous forme de bulles blanches de texte sur fond noir, entre Gould et un inconnu dont on devine assez vite qu’il s’agit d’un interrogatoire (à double sens) avec un coupable potentiel et essentiel pour le détective.

Les affaires : un vrai inventaire à la Prévert, certaines directement liées au banditisme, d’autres très anecdotiques : un réparateur voyeur photographiant des femmes coincées dans des ascenseurs sciemment mis en panne, un voleur de voiture casse-cou, un trafiquant, un voleur de peinture don Juan, un revendeur de peintures hors de prix sous forme de coupons découpés sur celles-ci…  D’où le sous-titre de Du Sang sur les Mains :  De l’Art subtil des Crimes étranges. Et là, on pourrait mettre en fond musical la BO de la série Twin Peaks (David Lynch) par Angelo Badalamenti.

Et des personnages à l’avenant : ex-magicien pickpocket perdant la mémoire, écrivain œuvrant sur le monde vu par une fourmi (qui ne sait pas écrire, elle !), voleuse de chaises traumatisée par son passé, photographe mettant en scène des situations compromettantes, quitte à provoquer la mort de protagonistes…

page exemple du sang sur les mains

Et bien sûr, comme on pouvait s’y attendre, toutes ces affaires sont liées, mais avec le génie de Matt Kindt : des détails réapparaissent dans différentes affaires, sous des points de vue différents, le dialogue Gould/inconnu devient plus incisif et donne des indices, libre au lecteur-trice de choisir une interprétation ou un protagoniste conduisant évidemment à une fausse piste, jusqu’au(x) coup(s) de théâtre en fin de l’ouvrage, la véritable affaire criminelle englobant et expliquant la réaction en chaîne de toutes celles résolues (?) par le détective sous l’œil de son Professeur Moriarty/Keyser Söze.

Mais il faut pour saisir la portée de ce récit fragmenté – et je ne suis pas sûr de l’avoir totalement appréhendé – relire tout l’ouvrage et relever à nouveau toutes les informations (ou non, du fait de la difficulté d’interprétation de certaines cases), et remarquer ces protagonistes qui s’entrecroisent.

Philosophiquement, on pourra réfléchir (mais on n’est pas obligé !) sur ce qu’est la justice, sur ce qu’est un délit, sur la notion de tort et de raison, sur l’exploitation artistique…

Enfin il faut noter le remarquable travail d’édition : qualité du papier, jaquette qui elle-même raconte un crime en champ/contre-champ (et donne un indice pour qui prend le temps de lire à l’envers !). Bel ouvrage pour bibliophile.

Assurément une œuvre maîtresse en 2018 !

photo matt kindt

Matt Kindt travaille aussi pour les éditions Marvel, DC Comics ou Valiant (plus côté super-héros). Il a aussi illustré Lost Girls sur un scénario du maître Alan Moore.

 

Texte : Christian Renard

 

Titre : Du Sang sur les Mains

Auteur : Matt Kindt

Editeur : Monsieur Toussaint Louverture (MTL), 2018

[1] Pour la traduction en langue française, car l’édition originale US date de 2013.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s