Ereb Altor – Ulfven

Les discrets Suédois d’Ereb Altor sortaient cet été leur septième album intitulé Ulfven. Après un album de reprises entièrement dédié à Bathory, celui-ci n’est composé que de nouveaux morceaux. Jetons dès maintenant un petit coup d’oeil sur les titres qui attendent le public du Cernunnos 2018.

La cover, malgré son aspect minéral très réussi, laisse quelque peu songeur : le loup imite le style viking sans être complètement convaincant d’authenticité. Le titre semble traîné dans un coin, édité avec un effet WordArt… Ereb Altor n’est certes pas le groupe disposant du budget design le plus élevé mais certaines pochettes avaient carrément plus de gueule !

a2560500166_10

Passons aux choses sérieuses : les morceaux d’intro, généralement acoustique, sont toujours très travaillés chez Ereb Altor. Ici, “Voluspa” ouvre l’album en douceur. Une femme nous récite un texte en suédois, accompagnée par d’inquiétantes sonorités en fond. Pas grand chose à en dire sinon que le scandinave nous transporte immédiatement dans l’univers de la mythologie nordique. La Voluspà est le premier poème de l’Edda poétique, annonçant la fin du monde, le Ragnarök. Une introduction pas vraiment anodine en somme…

“En Synd Svart som Sot” (= un pêché noir comme la suie) est le morceau phare de l’album, du moins il est le seul à bénéficier d’un clip vidéo.

Le son est nettement reconnaissable à la première note même si l’intro n’est pas des plus conventionnelles pour le groupe. La surprise passée, on retrouve la voix magique de Mats, la marque de fabrique de l’atmosphère epic/pagan d’Ereb Altor.

Un riff martial annonce le morceau suivant, “Av blod är jag kommen” (Du sang je suis venu). Ici, les différentes voix, screamées ou pas, se mêlent et se marient à la perfection.

“The Rite of Kraka” est un retour aux morceaux de “pur” black metal comme on en trouvait dans Gastrike. Ici nul doute que le riff d’intro déchaînera la fosse. Guitares aigües, blast beat, tous les éléments canoniques du black sont là. Pour chipoter on trouvera à redire du solo un tantinet brouillon. Cependant, les voix formant le fond sonore des refrains apportent un peu de richesse au morceau.

Changement d’univers avec “Ulfven”, la chanson éponyme : retour du chant épique en suédois, des choeurs. Un moment de répit et de calme avant la tempête de “Wolfcurse”. Tout le talent de Mats s’exprime dans le long chant solitaire d’introduction. Les accords bien lourds de guitare et les sonorités du synthé sont la marque de fabrique depuis plusieurs albums. Le parlé-grawlé est lui plus original. Cantonné sur des passages lents, les parties rapides du morceau s’accompagnent de scream et de chant en alternance.

“Gleipnir”, dans la même lignée, mélange passages chantés atmosphériques et passages black metal. Rien d’incroyable dans cet album donc.

Le dernier morceau “Bloodline” débute avec une guitare folk (et un peu de reverb). Le rythme très posé laisse au chant tracer la mélodie. C’est sans doute le morceau où l’alchimie de Nattramn (2015) fonctionne le mieux et où les deux facettes du groupe se marient le mieux dans cet album.

Ulfven a bien retenu l’expérience proposée par Nattramn il y a déjà deux ans pour retrouver des sonorités black metal laissées de côté depuis Fire Meets Ice. Ces deux styles pris à part tourneraient vite en rond si Ereb Altor n’avait pas le talent de les entrelacer dans de longs morceaux (7 minutes en moyenne) tantôt rapides et violents, tantôt lents et lyriques à la manière d’un vrai récit mythologique ! Cette volonté d’exalter la mythologie nordique est manifeste. Tout l’album tourne autour de Fenrir, le loup qui provoque le Ragnarök annoncé dans la Voluspa (le morceau d’intro !) : du loup sur la cover aux paroles et au titre (Gleipnir est le nom de la chaîne forgée par les Nains pour garder le fils de Loki prisonnier et Ulfven signifie simplement “le Loup”). L’emploi du suédois n’a jamais été aussi important dans le groupe ; une nouvelle manière de se montrer fidèle à cette culture scandinave tant revendiquée et dont les sonorités se prêtent si bien au chant de Mats.

Voilà qui nous fera patienter jusqu’au week-end du 24/25 février lors du passage des Suédois au Cernunnos Pagan Fest 2018 (la Ferme du Buisson, Noisiel) !

Ereb Altor – “Ulfven”, sorti le 7 juillet 2017 chez Hammerheart Records

Texte : Thomas

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.