Ulcerate & guests @ O’Sullivans Backstage by the mill – 22 novembre 2017

20108391_1423368181051481_5555565213642731337_n

Ce mercredi 22 novembre, c’est soir de match au stade de France : PSG contre Celtic Glasgow. De ce fait, le quartier de Pigalle, où a lieu le concert, est rempli de supporters écossais qui entonnent bruyamment des chants de supporters. Autant dire que le sol est jonché de cadavres de bouteilles de bière !  Le concert est prévu dans l’arrière salle d’un pub irlandais, le O’Sullivans, qui se trouve juste à côté du Moulin Rouge. L’ambiance y est donc plutôt festive, compte tenu de la présence de nombreux fans de football. Une fois dans la salle, on est à des années lumières de l’atmosphère qui règne dans le pub ainsi qu’aux alentours. La salle est assez peu remplie mais il y a du monde toute de même.

Vers 19h30, les hostilités débutent avec le concert du groupe de black métal Outre. Originaires de Pologne, les musiciens assènent un black métal des plus traditionnel qui, malgré ses quelques qualités techniques, n’apportent pas grand-chose de nouveau. Les polonais sont capables du meilleur comme du pire, on le sait. Là, on est plutôt dans le convenu et le prévisible. Grimés et encapuchonnés, les membres du groupe sont résolument statiques sur scène, peut-être un peu trop pour captiver mon attention. Du coup, on commence à s’ennuyer ferme au bout du deuxième titre et on a vite hâte que ça se termine pour passer autre chose.

Seul hic : La situation ne s’arrange guère avec la deuxième groupe de la soirée, lui aussi polonais : Blaze of perdition. Le groupe porte plutôt bien son nom car lorsqu’il commence à jouer, on a l’impression de s’être perdu dans un endroit où l’on n’aurait jamais dû aller. Même peine que pour le groupe précédent : Les musiciens jouent un black métal des plus ordinaires qui peine à convaincre tant il est conforme à 90% de la production actuelle. Bref, tout cela n’est pas forcément mauvais mais ça ne fait pas avancer le Schmilblick, n’est-ce pas ?

Vers 21h30, place au dernier groupe de la soirée : Ulcerate. A la différence des deux premiers, Ulcerate nous vient de bien plus loin que la Pologne, à savoir de la ville d’Auckland en Nouvelle Zélande ! Signés sur le label américain Relapse Records, les néo-zélandais jouent un death metal technique de très bonne qualité dans la veine d’Immolation depuis plus de 15 ans et a sorti un nouvel album l’an dernier sous le titre de Shrines of paralysis. Au bout de quelques minutes, un verdict s’impose : Heureusement que le groupe est là ce soir pour redonner vie à une soirée qui s’annonçait jusque-là plutôt ennuyeuse ! Les musiciens tranchent dans le vif, alternant passages lents et accélérations infernales. Leur musique est sophistiquée, avant-gardiste et barbare à la fois. Le crâne rasé, les néo-zélandais font preuve d’une maîtrise technique irréprochable, assénant leurs riffs impitoyables avec la force d’un gang de maoris. A la fin du concert, les membres d’Ulcerate quittent la scène triomphalement. Si l’on pouvait comparer ce concert à un match de boxe, je dirais qu’ils en sont sorti vainqueurs par KO !

Une fois sorti de la salle, je constate que l’ambiance est beaucoup moins festive que lorsque j’y suis rentré, du moins du côté des supporters écossais. En effet,  j’apprends de la bouche de deux d’entre eux que le PSG a remporté le match 5 à 0. Mais ça c’est une autre histoire !

Merci à Garmonbozia pour l’accréditation !

Texte : Mathieu

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s