ALESTORM + TROLDHAUGEN + AETHER REALM @ Elysée Montmartre – 21/10/17

Ça commence à devenir une habitude l’organisation de l’Elysée Montmartre nous échappe c’est une chose certaine maintenant. Une heure et demi après l’heure officielle annoncée, Aether Realm ouvre gentiment la soirée. Face à un public dont l’attente ne fait qu’accroître l’ingestion de boissons alcoolisées , il va falloir un peu de charme pour séduire. Ils sont américains, et proposent du metal viking dont on aura un peu de mal à reconnaitre la valeur. La qualité du son ne permet pas de saisir l’instant. Et les samples en arrière-plan gâchent le côté live de ce type de groupe. Malgré l’énergie sur scène et les quelques morceaux qui sortiront du lot et surtout l’apparition du chanteur d’Alestorm déguisé en bacon qui débarque sur scène (premier moment WTF de la soirée ) il est temps de passer à la suite. Aether Realm manque un peu de piment mais … Attendez… Non finalement un événement me fait vite changer d’avis sur la prestation de ce groupe qui se défend pas si mal…

AETHER REALM 2.jpg

Je m’explique (deuxième moment WTF de la soirée), venu d’une autre planète, et d’une autre époque le groupe suivant nommé Troldhaugen nous gratifie d’une entrée sur scène surprenante (entendez par là ridicule) et extrêmement décalée (trop décalée).  On est ouvert peu importe le ridicule de la situation en face de nous, car finalement ce qu’on attend c’est la musique !

Troldhaugen…  Folk ? Pagan ? Viking ? Non, du folk expérimental, un son venu droit des années 80 mélangé à une sorte de Dubstep et de quelques riffs saturés.  Perplexité quasi générale,  on finit par se demander si les musiciens jouent vraiment ou si c’est juste une énorme blague… Peut-être qu’on passe juste à côté de quelque chose mais en attendant voici un petit résumé illustré de la scène par notre photographe, ça me rassure je ne suis pas la seule à ne pas comprendre ce qu’il se passe :

dessin concert Alestorm

Après 30 minutes à se demander si on ne s’est pas trompés de concert, (heureusement les nombreux tricornes dans la foule semblent indiquer que non), les festivités commencent réellement. ENFIN, Alestorm monte sur scène après un petit préambule en 8 bit et en une fraction de seconde une euphorie générale gagne la foule. Ils entament le set avec  « Keelhauled » et sa célèbre intro à l’accordéon, un titre des plus engageants très vite suivi par « Alestorm » extrait du dernier album No Grave But the Sea. On les retrouve d’ailleurs dans les tenues du clip vidéo, un look qui surprend mais qui n’enlève en rien l’ambiance piraterie et alcool qui règne dans la salle.

Ce n’est d’ailleurs pas la seule bizarrerie d’Alestorm ces dernières années, et sur scène se dresse un canard jaune géant. Certes c’est étrange, mais très bien assumé et puis il y a un distributeur d’alcool devant la batterie, quand même !  Les morceaux sont repris en chœur par un public en liesse qui au lieu du signe traditionnel des concerts de metal affiche fièrement un doigt courbé symbole du crochet de pirate. « Mexico » et son intro en 8 bit, « No Grave but the Sea » les extraits du dernier album font leur effet mais le plus beau moment de foule restera sur «Nancy the Tavern Wench » lorsque la fosse entière s’assied pour ramer. Un beau moment de cohésion entre un groupe et son public mais aussi un petit moment de calme avant la tempête déclenchée par « Rumpelkombo ».  Alestorm sait très bien faire vivre un live et nous le montre par la mise en scène avant « hangover » reprise avec un guest , Beef Guy, qui en guise d’introduction nous fait la performance d’avaler deux bières d’un seul coup en quelques secondes.

ALESTORM 3

Le concert se poursuit et dans la foule c’est dans une mer de sueur qu’on navigue, au fur et à mesure les effets de l’alcool se font sentir et le public devient de plus en plus agité. Et ce n’est pas le wall of death qui fatiguera tout ce monde! Après un « Captain Morgan’s Revenge », une demande bizarre de la part du chanteur de nous faire crier “sausage ” et un « Shipwrecked »  l’ambiance familiale ne se dissipe pas.

Après une courte pause Alestorm revient pour un rappel sur « Drink », on commence à ne plus savoir ou donner de la tête. Le concert se clôture sur « Fucked with an anchor » majeurs levés sur scène comme dans le public.

Comparée à la prestation du groupe précédent  il faut dire qu’ils savent faire vivre un live avec leurs chansons entraînantes dont les paroles nous restent en tête des heures après le concert (voire des jours!). C’est efficace et gage de bonne humeur car après tout, «Rum, beer, quests, and mead these are things that a pirate needs! » 

Merci à Garmonbozia.

Texte : Cindy

Photos et illustration : Fable

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s