The Darkness – Pinewood Smile

Pour beaucoup, le Rock n’ Roll est un truc d’appartenance, presque tribal. Un peu comme dans Game of thrones, chacun choisit sa famille et défend ses couleurs. Mais qu’en est-il de The Darkness, quelle est leur place sur cet échiquier sonique… ?

The Darkness serait plus apparenté aux sans-visages, parce qu’au final c’est quoi leur style ? Du rock ? Du hard-rock ? Du Glam ? De la pop ? En fait ce sont tous ces styles en même temps et aucun à la fois, c’est du The Darkness. Des mecs qui s’en branlent de l’appellation qu’on peut leur coller et qui font leur tambouille comme ils l’entendent….

Depuis Permission to land (leur premier album), la bande de Justin Hawkins déclame son amour pour le glam, les solos de guitares harmonisés à la Thin Lizzy et un côté fun du rock. Avec des sujets des fois jugés bateau, comme le sexe, la drogue, le rock n roll, The Darkness continue sa route avec Pinewood Smile, leur 5e album.

thedarknesspinewoodcd

Comme un « précédemment dans The Darkness », « All The Pretty Girls » ouvre l’album, faisant du The Darkness dans le texte et rappelant les ingrédients majeurs qui font leur identité…

En fait, à l’image des groupes que The Ramones, Oasis ou AC/DC, The Darkness fait partie de ces groupes qui ont tellement bien trouvé leur identité musicale que certaines mauvaises langues pourraient dirent qu’ils font tout le temps la même chose, et ils n’auraient pas totalement tort.

You don’t fix what is not broken…

En fait The Darkness continue d’affiner leur Fun’n’Roll depuis maintenant 5 albums. En y regardant de plus près on peut déceler plusieurs points d’évolution. Après des départs carrément glam (« I believe in a thing called love »), on voit dans les compositions du groupe de plus en plus d’influences de « classic rock à la sauce british » comme par exemple le groupe Queen

Ce groupe n’est pas cité au hasard parce que Pinewoow Smile est le premier album enregistré avec leur nouveau batteur, Rufus Tiger Taylor, fils de Roger Taylor, batteur de Queen

The apple doesn’t fall far from the tree comme disent les roast-beef…

Mais revenons plutôt à l’album…

Ce que je kiffe chez The Darkness même si j’ai dit plus haut qu’ils faisaient un peu tout le temps la même chose, bien cette chose a plusieurs visages (wow comment j’ai linké tous mes propos dans une même phrase, extraordinaire!!). On a droit à des titres glam festifs comme avec le premier Single « Solid Gold », des morceaux garage rentre dedans avec « Southern Trains » ou « Buccaneers of Hispaniola » (peut être mon morceau préféré de l’album mais ça en fait, on s’en branle) et même des balades comme « Why don’t the beautiful cry ? »…

En fait le truc que je ressens le plus à la fin de l’écoute de cet album, c’est que non seulement ils en ont encore sous le pied mais que j’ai surtout hâte de les revoir en live parce que c’est quand même le point fort du groupe, qui donne à chaque fois un putain de show !!

La bonne nouvelle c’est qu’ils seront au Trabendo le 19 novembre prochain et tu peux parier ton cul que j’y serai… et toi… ?

The Darkness, Pinewood Smile, sortie le 6 octobre chez  Cooking Vinyl

Texte : Ru5ty

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s