DEFTONES @ L’Olympia (03/05/2017)

Après un show éclair au Download Festival l’année dernière, consécutif à un dernier passage annulé en raison des tragiques événements du Bataclan en 2015, l’emblématique groupe de nu-metal californien Deftones est enfin de retour parmi nous les 02 et 03 mai derniers. Pour ces deux dates, les fans ont répondu présent en masse. Il faut dire que depuis 2013 sans concert en tête d’affiche, cela commençait à faire long. Mais comme leurs venues ne sont jamais vraiment faciles, c’est avec un pied cassé que Chino, le chanteur, a (heureusement) assuré ces deux dates. Nous avions donc rendez-vous avec ces titans sur la seconde.

C’est à 20 heures que les garçons de SKYHARBOR ouvrent le bal, sans chanteur, celui-ci étant malheureusement absent. La grande salle est malheureusement encore peu remplie lorsque les lumières s’éteignent. Dans la fosse, beaucoup sont encore trempés par la pluie extérieure, et ce n’est pas vraiment leur set qui réchauffera l’ambiance. Pour autant, la formation arrivera à nous faire oublier nos corps le temps de leur performance aérienne. Les titres de leurs musiques annoncent d’ailleurs la couleur : “Out Of Time”, “Celestial”. Leurs morceaux parfaitement exécutés ont quelque chose de très artistique, que l’on pourrait mettre sous vitrine. Les envolées tiennent de la démonstration, et l’on en prend plein la figure, comme souvent avec le djent. Ils ont vraiment quelque chose de bluffant, de prenant, bien que cela soit un peu répétitif, dû au manque de chant sans doute. Cela dit, les musiciens arrivent avec brio à nous faire oublier ce bémol, sonnant presque comme un Animals As Leaders bis. Certains diront même que c’était bien mieux que la veille. Comme quoi, un set de qualité, et des musiciens talentueux suffisent à eux-mêmes. La magie est installée, nous sommes prêts à passer une bonne soirée.

L’attente se fait longue, les fans étant de plus en plus impatients. Beaucoup sont présents pour la seconde fois, mais n’en ont pas moins hâte. Certains remarquent même le changement des guitares, qui annonce une nouvelle setlist. Effectivement. Les dieux de l’Olympe que sont DEFTONES font alors leur entrée dans l’arène, et l’ambiance explose dans la salle. Et c’est un enchaînement de morceaux tout spécialement sélectionnés pour les initiés qui défile alors : on se prend toute leur discographie en pleine figure, dans ce qu’elle a de plus appréciable : “My Own Summer”, la parfaite “You’ve Seen The Butcher” suivie de la délicieuse “Sextape”, sans oublier “Phantom Bride”, “Hexagram”, “Knife Prty”, la formidable “Change (In the House of Flies)” et bien d’autres. Ce soir, c’est avec joie que nous découvrons que White Pony est mis à l’honneur avec 4 chansons. Vient ensuite Diamond Eyes, Koi No Yokan, ainsi que Around The Fur avec trois chansons chacun, alors que Gore n’aura étonnamment le droit qu’à deux morceaux. L’ambiance est détonante, assurée par un frontman qui se donne à fond et nous fait oublier qu’il est blessé. Le groupe nous offre une performance impeccable, sans grand étonnement. On en prend plein les oreilles, et la source de leur gloire ne fait aucun doute : ils ont de réels talents, et méritent leur place au sommet du mont Olympe. Ce sont des dieux musicaux, qui nous ont touchés de leur foudre. Assister à leur show sans ressentir de coup de foudre serait presque un péché. Malheureusement, la qualité du son jouera un petit peu en leur défaveur, mais rien de bien alarmant, leur set maîtrisé, leur bonne humeur, ainsi que la flamme olympique, qui semble ne jamais s’éteindre dans la fosse, aident à surmonter ce soucis, sans oublier le splendide jeu de lumières tout au long du concert, qui permet de nous mettre de la poudre aux yeux jusque la fin.

deftones tour

Deftones ont une fois encore affirmé leur place de champions, en menant un combat magnifique. Pour autant, beaucoup se diront déçus du choix des morceaux, choisis pour les plus initiés malheureusement, et qui auront laissé certains sur la touche. Malgré tout, beaucoup de cœurs furent conquis, par la performance magique de ces monuments qui n’ont plus à convaincre depuis bien longtemps. Autant prêcher des convaincus.

Setlist :
Feiticeira
My Own Summer (Shove It)
Lhabia
Around the Fur
Rosemary
Swerve City
You’ve Seen the Butcher
Sextape
Prince
Phantom Bride (Live Debut)
Acid Hologram
Hexagram
Entombed (Première fois depuis 2014)
Knife Prty
Change (In the House of Flies) (With “Rivière” intro)
Passenger
————————–
Minerva
Bored
Engine No. 9

Merci à Live Nation d’avoir rendu cette date possible.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s