KING DUDE + DUNE MESSIAH @ BATOFAR 6/04/17

Si le nom de King Dude ne vous évoque rien, sachez que derrière ce projet se cache un artiste aussi protéiforme qu’énigmatique à mi-chemin entre Americana (mélange de country et de rock) et Dark Folk apocalyptique. Leader charismatique du groupe qu’il a créé en 2006, Thomas Jefferson Cowgill s’est d’abord essayé au black metal avec le groupe Book of Black Earth ainsi qu’au Hardcore avec le projet Teen Cthulhu. A côté, il manage également une marque de vêtements « alternative », Actual Pain.

La musique de King Dude est aussi originale qu’intemporelle : Imaginez un instant un mix iconoclaste entre Johnny Cash, Leonard Cohen et Death in June ! A la différence de ce dernier, King Dude ne joue pas sur l’ambiguïté sexuelle mêlée à l’esthétisme totalitariste mais fait référence au satanisme luciférien et à la perversion sexuelle de manière assez directe si l’on en juge par le titre du dernier album, « Sex » (Not just religious music). Conformément au folklore en vigueur dans le milieu de la dark folk (ou néofolk), le logo du projet fait penser à une rune dans la plus pure tradition nordique. D’ailleurs, l’originalité de King Dude est de proposer un univers dans lequel folklore européen se marie avec des éléments typiquement américains.

DUNEMESSIAH-01

Ce soir-là, c’est donc sur le Batofar dans le 13ème arrondissement que cette soirée placée sous le sigil (signe cabbalistique) de la dark folk se passe. Un peu avant 20 heures, c’est aux danois de Dune Messiah, projet néofolk de Magnus Westergaard (ancien guitariste du groupe post-punk de Copenhague The Woken Trees), d’assurer la première partie. Leur nom fait semble-t-il référence au livre de science-fiction « Le messie de Dune » de Frank Herbert, deuxième tome du cycle de Dune (A ce propos, inutile de préciser que ce chef d’œuvre a été adapté à l’écran par David Lynch !). Leur folk teinté de post punk est chargé de mélancolie, la boite à rythme se mélangeant habilement avec les guitares acoustiques. Sans être exceptionnel, le concert de Dune Messiah est une bonne découverte. Leur premier album, « The iron oak », est sorti en mars dernier.

DUNEMESSIAH-02-ConvertImage

Aux alentours de 20h50, c’est donc au projet musical de T.J. Cogwill de passer le relais. Ce dernier est LE King Dude. Ce projet est sa chose, sa créature de Frankenstein. Même s’il est accompagné de musiciens sur cette tournée, Thomas Jefferson Cogwill, barde gothique natif de Seattle, est l’incarnation même de ce projet. Il en est même l’unique medium. Initié au spiritisme par sa mère païenne tandis que son père est bon chrétien, le futur chanteur aux airs de dandy tatoué est un jeune homme partagé entre deux mysticismes. Cela se ressent bien entendu sur sa musique, empreinte d’occultisme et de romantisme noir comme en témoignent des titres comme « Death is all you know », « Jesus in the courtyard » ou « Deal with the devil ». La voix de Cogwill a une dimension hypnotique et incantatoire. Les chansons de son dernier album font référence tout à la fois au sexe et à la mort, notamment le titre « I wanna die at 69 » qu’il a interprété sur la scène du Batofar ce soir-là.

KING-DUDE-05-ConvertImage

KING-DUDE-03jpgMesse noire à la gloire de Lucifer, la prestation de King Dude est plutôt savoureuse si l’on aime la folk. Cependant, l’ayant déjà vu une première fois en version acoustique au petit Bain, je dois avouer que ce concert-là fait preuve de plus de vitalité voire d’agressivité, certains titres sonnant plus punk et énervés. En effet, le frontman de King Dude n’est-il pas issu du milieu du hardcore et du metal ? Au final, sans pour autant révolutionner le genre, King Dude a su insuffler une touche de dandysme et de glamour et bousculer un peu le petit monde de la Dark Folk.

Setlist King Dude

1 – Deal with the devil

2 – Holy Christos

3 – Death won’t take me

4 – I wanna die at 69

5 – Our love will carry on

6 – Jesus in the courtyard

7- Fear is all you know

8 – Silver crucifix

9- Sex dungeon (USA)

10 – Swedish boys

11 – Desolate hours

12 – Black butterfly

13 – The heavy curtain

14 – Miss September

Texte: Mathieu

Photos : Cherry Pixs

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s