MONDIAL DU TATOUAGE 2017 – 3,4,5 /03/17

Un rendez-vous annuel qui est clairement devenu indispensable pour les amateurs Une convention qui aujourd’hui n’a plus rien à prouver en terme de crédibilité et de succès car se trouvant installée parmi les plus grandes d’ Europe (même au delà) en terme de fréquentation et autres. Mais c’est mal connaitre l’équipe à la tête de la machine qu’est devenue le Mondial du Tatouage et qui ne se repose pas sur ses acquis. Encore plus de tatoueurs, de musique et de créativité pour ces 3,4 et 5 mars. Le tout pour un seul but : que l’art du tatouage soit officiellement reconnu en tant que tel.

Verdict.

C’est pour 3 jours pas aidés par le soleil que les artistes encreurs dermiques ont pris place dans cette Grande Halle de la Villette devenue une deuxième maison pour certains qu’on retrouve chaque année avec plaisir. Mais le temps de ce week-end, c’est plus que du tatouage que Tin-Tin et son équipe nous réservent.

BY1A4424

BY1A4287

C’est plus de 30 000 personnes qui ont bravé les aléas d’une météo capricieuse pour participer à cette 7ème édition du Mondial du Tatouage. 420 tatoueurs y ont ainsi réalisé les 244 tatouages inscrits dans les 9 concours répartis sur 3 jours avec un final qui consacra Steve Butcher en tant que grand prix de cette édition 2017. Mais derrière tout ça, le mot d’ordre de cette édition était l’hétérogénéité des talents. Cette année nous avons pu retrouver les habitués tous aussi talentueux, mais aussi des nouveaux arrivants qui ne passèrent pas inaperçus. Des talents venus aux quatre coins du monde et une confirmation que les pays de l’Est sont en pleine montée sur la scène du tatouage. La présence et le succès de l’humble Robert Borbas en est la preuve, tout comme sa deuxième place ( la première était méritée) pour le best of day noir et blanc du vendredi. Son travail de noir et blanc à la fois sombre et poétique est reconnu internationalement et tout comme le travail de ses compatriotes qui ont un level technique incroyable concernent le réalisme.

BY1A4514

BY1A3810-2

Les tatoueurs et les styles varient et la créativité se doit d’être de plus en plus présente car la technique est encore plus présente et du coup pour se démarquer aujourd’hui, l’originalité et la construction de son propre style et de sa propre patte importe de plus en plus. Recopier une imagerie déjà présente ne compte plus et le tatouage, s’il se veut une reconnaissance artistique, se doit d’inventer, de proposer, d’aller au delà du classique déjà présent. l’émulation artistique et non “l’art pompier”. Les portes ont été ouvertes par des artistes tels que Yann Black, Jeff Palumbo ou autres, mais aujourd’hui le tatouage se démarque encore plus et la composition joue de plus en plus sur les formes, les lignes, la déconstruction figurative.

BY1A3481-2

BY1A3487-2

BY1A3541-2

Le tatouage renoue aussi avec l’art du trait de la gravure, le noir et blanc se veut plus contrasté, travaillé en toute volupté. Des artistes comme Maud Dardeau ou bien Rafel Delalande, aussi opposés soit-il, magnifient le trait noir dans leur propre style pour apporter au tatouage.

Le travail du noir chez Gakkin, les mandalas de Jondix, l’élégance de Rude, le réalisme bluffant de Steve Butcher ou bien la naïveté de Brindi offrent la diversité artistique de ce Mondial qui se veut encore plus ouvert que les années précédentes. Les artistes, qui sont plus de 400 rassemblés au cours du week end (pas le temps de voir tout le monde) représentent l’art du tatouage dans son large panel et d’un point de vue artistique c’est une réussite. Les 244 tatoués du week end passés devant le jury des prix le confirment, cette année nous avons eu droit à différentes écoles et différents mouvements seront mises en avant avec consécration final du réalisme bluffant de Steve Butcher qui après Londres l’année dernière, sera récompensé Best Of Show avec son Michael Jordan. mais les prix ont été assez diversifiés et les mouvements assez représentés.

BY1A4640

BY1A4624

MONDIALDUTATTOO.DAY1.10

C’est un peu comme la musique qui est liée aussi à ce Mondial, l’univers du tatouage est historiquement lié au rock et aux musiques plus agressives.. Après une année 2016 qui a été épique et inoubliable pour la programmation musicale de grand choix, cette année c’est un week end plus éclectique en ce qui concerne les concerts, composante importante de cette convention. Après un vendredi placé sous le signe du Hardcore avec les revenants français de l’Esprit du Clan qui représenteront fièrement Paris au cours de leur set mais c’est surtout Madball fer de lance du New York Hardcore qui déchainera le public présent. New York se déplace à Paris et la Villette la sentira passer. Madball bien chaud délivrera un set à bloc, de quoi faire bouger la fosse avec les fans invétérés du groupe et un Fred qui n’hésitera pas à y aller.

MONDIALDUTATOUAGE-MADBALL01
Madball
MONDIALDUTATOUAGE-LESPRITDUCLAN-01
L’Esprit du Clan

Le samedi se voudra plus éléctro, et quand nous avons une fierté française comme Carpenter Brut qui cartonne un peu partout c’est donc normal de l’inviter pour transformer la Grande Halle en piste de danse. Carpenter Brut en tête d’affiche de ce samedi était clairement un bon choix étant donné le public en transe et massé devant la scène. La dark éléctro 80’s du groupe on ne la présente plus, surtout quand ils finiront de déchainer la foule sur le final avec la reprise de “Maniac”. Mais avant c’est le duo Reflections former par Tatami Nakamoto et Sebastien Benoits qui illuminera la Grande Halle pour un set en symbiose entre son et lumière dans une Grande Halle qui a dévoilé tout son potentiel avec l’ installation visuelle de Nonotak Studios appelée Signals.

C’est un quadrillage de Led au plafond sur 400 m2 qui dévoilera l’acmé de l’expérience visuelle sur le set de Reflections. La salle se retrouve ainsi lié à la scène et englobe le spectateur dans une enveloppe visuelle et sonore pour une immersion la plus totale. Une oeuvre qui permet de décloisonner l’image du monde du tatouage et ainsi se faire rencontrer encore une fois les Arts.BY1A4141-2

Le dimanche, grande nouveauté, c’est tout en fraîcheur et légèreté pour la fin de cette édition que le jeune groupe Theo Lawrence & The Hearts viendra clôturer le Mondial du Tatouage 2017. Entre rythm’ and Blues et mélodies langoureuses, un final parfait pour ce dimanche des familles ou le public finira de se bousculer en masse à la porte de Pantin.

Un public qui avait de quoi faire cette année, en plus de la traditionnelle exposition de guitares Fender revisitées par des tatoueurs, c’est le Kintaro Kite Project qui cristallisa aussi les yeux curieux ( et sera snobé par le commun des mortels). Une quarantaine
de cerfs- volants traditionnels décorés d’oeuvres originales par les artistes tatoueurs.

Grâce au Mondial du Tatouage, l’action pour la reconnaissance du 10ème art semble enfin porter ses fruits. Une réelle sensibilité à l’art corporelle se développe depuis peu. Un public toujours aussi curieux dans le bon et le mauvais sens du terme, mais un public qui se veut plus intéressé dans la moyenne et sensible au travail et aux oeuvres. Un travail et une image qui portent de plus en plus ses fruits. Le public se veut hétérogène, les visiteurs viennent de toutes les catégories sociales.

BY1A3534-2

Trois jours de bourdonnements en choeurs, de rencontres, de prestations musicales, d’oeuvres d’art corporelles et d’installations artistiques. La convention de Paris est aujourd’hui un lieu ou les arts dialoguent. Une programmation éclectique au plan musical et artistique qui peut ainsi rassembler toutes les tendances. Cette 7eme édition est encore une réussite mais elle offre au tatouage une vitrine aux yeux de tout les publics pour ainsi faire du Mondial un beau rassemblement pour ce 10eme art ou chacun peut y trouver son compte de l’amateur au passioné en passant par le simple curieux. On peut dire qu’il y a du monde, que certains jours c’est difficile mais c’est la rançon du succès et au delà de la machine qu’est devenue en quelques années la convention, c’est aujourd’hui avant tout un lieu qui donne au tatouage  la vitrine française qu’elle mérite enfin. Et ça confirme encore au bout de la 7eme édition.

BY1A3817-2

MONDIALDUTATTOO.DAY1.05

Texte: Anthony

Photos: Lesly & Mario

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s