Druadan Forest – The Loremasters Time

Il est des albums que l’on apprécie pour leur originalité, d’autres leur excentricité, d’autres encore leur efficacité à toute épreuve. Druadan Forest ne fait partie d’aucun de ces trois cas. Druadan Forest c’est le genre de groupe que l’on écoute pour son côté « rétro » Black Metal, ses parties Ambient à l’ancienne, son synthé reconnaissable entre milles ainsi que son chant criard « forestier ». Bref, Druadan Forest a quelque chose de nostalgique qui me force à vous en faire une petite chronique ici, malgré son manque d’originalité ou d’excentricité.

druadan-forest

Alors bien sûr, en tant que « chroniqueur », on se demande toujours si ça vaut le coup d’écrire sur un album qui ne fait pas dans l’originalité ou la nouveauté. Mais ça c’est un problème typiquement moderne dans le Metal. On va chercher le dernier groupe qui va innover, mélanger tel genre avec tel autre etc. Il suffit de voir la mode des appellations dans le Black Metal pour s’en rendre compte.

Il n’y a pas de mal à chercher du neuf tant que cela ne conditionne pas notre manière d’appréhender la musique dans sa globalité. Voilà pourquoi le nouvel album de Druadan Forest est intéressant. Déjà parce qu’il me permet cet aparté et d’autre part parce qu’il va vous fournir un prétexte à la procrastination.

Le Finlandais V-Khaoz lance son projet en 1998 avec une première démo éponyme. Quelques autres suivront jusqu’en 1999, puis plus rien jusqu’à aujourd’hui et la double sortie d’une compilation avec ce nouvel album intitulé The Loremasters Time. Entre temps sieur Khaoz avait lancé de multiples formations : Kalmankantaja (son projet le plus prolifique), Oath, Hin Onde tout en participant au fameux Azaghal. Bref, une carrière bien remplie qui nous confirme du professionnalisme du bonhomme.

Mais avec Druadan Forest le projet est volontairement « vieillot » : les synthés sonnent comme les premiers Summoning (Minas Morgul par exemple) et le ton est sympathiquement épique et un brin nostalgique, car la voix de V-Khaoz lorgne parfois vers le dépressif (où il a pu s’y exercer avec Kalmankantaja). Les références sont si nombreuses qu’on perdrait un temps fou à toutes vous les citer ici. Sachez que The Loremasters Time est un mix plus ou moins monstrueux entre Summoning, les parties épiques d’un Rhapsody et le chant d’un Bergrizen.

On passe un très bon moment avec un opus de qualité. Les mélodies sont agréables, bien construites et toujours vaillantes. V-Khaoz réussit le pari de l’ancienneté remise aux goûts de notre triste époque en quête d’innovation stérile. Un instant de procrastination salvatrice.

Texte : Maxime

Druadan Forest, The Loremasters Time, sortie le 4 août 2016 chez GS Productions

Page Facebook

Page Bandcamp

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s