Rencontre avec The Mirrors.

Le 4 Juin dernier, The Mirrors se produisait à Paris sur la scène de l’International en compagnie de Vagabond et de Bassem pour un plateau 100% rock français. Quelques minutes avant le début de la soirée, on a pu rencontrer Sarah et Corentin et leur poser quelques questions :

  • Hello Sarah et Corentin, merci de nous accorder cette interview. Pourriez-vous nous présenter The Mirrors ?

Sarah : On est The Mirrors, on vient d’Angers. On est un duo composé de Corentin à la batterie et de moi-même au chant et à la guitare. L’aventure du groupe a commencé en 2011 puis, en 2014, on a sorti un premier EP. Cet EP a été le début « concret » de The Mirrors, et depuis on tourne beaucoup.

  • Pourquoi avoir choisi ce nom ? Qu’est-ce qu’il y a derrière les Mirrors ?

Corentin : Alors… (rire)

Sarah : Honnêtement au début, on trouvait simplement que ça sonnait bien, et l’idée du miroir pour le duo ça correspond assez bien, avec ce côté disons « mystérieux » et tout ce qu’on peut imaginer autour, ça colle bien au style de la musique.

  • En parlant de style, vous le qualifiez de « Rock animal », c’est bien ça ?

Sarah : C’est tout à fait ça. En fait, au début on avait du mal à trouver des mots qui correspondent à notre style, jamais évident de se donner une étiquette.  Et sur un concert, une programmatrice nous a a posé cette étiquette de « rock animal », on s’est dit que ça avait de la gueule. Du coup, maintenant quand on nous demande, on parle même de duo rock animal parce qu’on est un duo, tout simplement, ça décrit assez bien ce qu’est The Mirrors, en album et encore plus sur scène.

  • J’admets, ça a de la gueule (rire) :

Sarah : Ouais sûrement (rire)

  • Ça exprime bien la bestialité du live en tout cas, ça c’est clair :

Sarah : Ça s’entend sur les morceaux c’est assez furieux

The Mirrors

  • Vous pourriez parler de vos influences ?

 Corentin : On écoute quelques duo rock qui nous ressemblent comme les anglais de Blood Red Shoes qui sont également un duo mixte, et  les australiens de DZ Deathrays. Ce qui est marrant, c’est qu’avec Sarah on s’est rendu compte qu’on écoute exactement les mêmes trucs.

Sarah : C’est exactement ça, nos influences sont des groupes qu’on s’est fait découvrir mutuellement depuis des années, donc forcément ça crée une bonne grosse base commune.

Corentin : On a tous les deux le même itunes (rires)

Sarah : Et puis quand même, il n’y a pas que des duos, le premier nom qui me vient en tête ce sont les Arctic Monkeys, probablement notre influence principale, on est totalement fan.  Et pour la petite histoire, même si on est totalement différents, déjà parce qu’ils sont 4, on nous a déjà dit que notre son leur ressemble.  Pourtant on ne s’en rend  pas vraiment compte lorsqu’on commence à écrire, mais c’est vrai que quand on s’écoute, ça sonne un peu Arctic Monkeys mais en duo.

  • Vous arrivez à faire à deux ce qu’ils font ?

Sarah : Je ne sais pas si on arrive à faire ce qu’ils font, vu qu’ils jouent avec 2 guitares par exemple, mais au niveau de l’ambiance, du « groove » je pense qu’il y a des ressemblances.

  • The Unchained est à la base un zine orienté metal, vous en écoutez un peu ?

Sarah : (hésite), du Metal j’avoue en écouter rarement, par contre, le gros stoner ça ça me parle plus.

Corentin : Moi j’écoute du hardcore style Northlane. Je ne sais pas ce qu’il y a d’autre…Il y a un truc qui m’avait bien fait triper c’est A day to Remember,  sans pour autant être fan. Et comme je m’intéresse peu à l’actu, je ne sais pas trop ce qui sort… Donc non, en Metal on est pas super calés.

Sarah : En fait,  c’est ça, on écoute pas mal de styles différents, mais on parle peu et on écoute peu de Metal, contrairement au stoner.

The Mirrors

  • Comment s’organise la composition de vos morceaux ? Qui propose et qui exécute ? (rire) 

 Corentin : On compose les parties instrumentales guitare/batterie tous les deux en même temps. Soit une idée part de Sarah, soit une idée part de moi, il n’y a pas de règle prédéfinie, ça peut venir de l’un comme de l’autre. Et pour les paroles, c’est exclusivement Sarah qui s’en charge, jusqu’à présent du moins.

Sarah : Mais il n’y a personne qui domine, personne qui ferme sa gueule et dit amen à tout ce que dit l’autre. Tout est une affaire de compromis en fait, comme il n’y a pas de 3eme membre pour trancher. Alors si ça ne plaît vraiment pas à l’autre, alors on laisse tomber.

  • De quoi parlent les textes de The Mirrors ?

Sarah : ça parle beaucoup de sentiments, d’émotions assez extrêmes, de trucs assez orageux et chaotiques, dans le dernier EP notamment.

  • Ca se ressent un tout petit peu (rire). Vous avez fait le choix de jouer sans bassiste, ça changera un jour ?

Sarah : (sans attendre) NON !

Corentin : Tu sais que tu nous coûtes un shooter en disant ça ? (rire)

Sarah : La vérité c’est qu’on a dit que si on nous sortait encore  que notre groupe  manque de bassiste, alors on devrait prendre un shooter chacun.

Corentin : Ah oui c’est vrai…bon ben non en fait (rires)

Sarah : Plus sérieusement, si une 3eme personne devait arriver, ce qui m’étonnerait, ça ne serait plus du tout le même groupe.

J’imagine que compromettrait même le nom du groupe, non ?

Sarah : Ouais et puis même ça ne fonctionnerait plus du tout pareil.

Corentin : Je pense qu’on se plaît énormément à être un duo, notamment par notre jeu de scène beaucoup plus concentré sur nos échanges, et puis même notre son, la relation qu’on a avec le public, comme celle que Sarah et moi changerait…Je pense qu’à travers cette formule on a trouvé notre équilibre en quelques sortes.

Sarah : Au fur et à mesure du temps on a compris comment construire vraiment une chanson complète avec juste une seule base rythmique, deux bases mélodiques (guitare et voix), chose qu’on a vraiment apprise au fil des compositions. Je fais rarement uniquement des accords parce qu’au bout d’un moment ça manque un peu d’autres mélodies, du coup ça ne fait que des riffs et ça fonctionne comme ça.

  • Du coup si un jour vous êtes amenés à devenir trois ça sera un autre groupe forcément ?

 Sarah : Oui, ce ne sera plus le même groupe, je n’imagine même pas que ça puisse arriver d’ailleurs.

  • Vous avez déjà plusieurs EPs, un album est prévu ?

Corentin : En fait pour le moment le premier EP, on a enregistré dans un vrai studio mais dans des conditions particulières, il fallait qu’on le sorte gratuitement parce que c’était un studio pédagogique au conservatoire de la ville, mais on a enregistré les deux suivants avec l’aide de potes avec deux trois micros on s’est débrouillé. Alors pour l’album on veut vraiment attendre le bon moment, histoire d’avoir tous les moyens réunis pour faire un truc qui nous satisfera, tu vois genre des jours de studio etc… Donc tant que ce n’est pas possible, on va attendre.

Sarah : ça ne viendra pas du tout maintenant. Pour que ça se fasse, il faudrait avoir un vrai studio, les bons intervenants, un label derrière et tous les acteurs nécessaires à une bonne promo, si un album sort, on espère avoir de quoi en faire une vraie promotion.

  •  Pas un album enregistré à la va-vite histoire de sortir quelque chose pour sortir quelque chose non ?

Sarah : Voilà c’est ça, on ne veut pas que le 1er album soit un truc à l’arrache, on veut un truc bien préparé, alors pour le moment on pense sortir un nouvel EP, mais avec plus de titres, pour 2017, ce serait pas mal.

 

  • Vous avez des coups de cœur musicaux en ce moment ?

Sarah : Le nouvel album de The Kills ! Et niveau live les Psychotic Monks de Paris qu’on a vu à Nantes. On a acheté leur EP et depuis on se le passe en boucle. C’est même dingue à quel point on les écoute tous les jours.

  • Si on vous propose là demain d’ouvrir pour un groupe, quel nom vous vient en premier en tête ?

Sarah : Blood Red Shoes !

Corentin : Ouais pour faire un plateau duo

Sarah : Sinon  Arctic Monkeys, encore, même si ça semble improbable Mais si on me le propose je dis oui sans hésiter !  Mais oui, comme vient de le dire Corentin, quand on imagine la première partie d’un groupe, on parle toujours de Blood Red Shoes.  Alors s’ils viennent faire une tournée en France on essaiera de se caler dessus.

  • D’ailleurs on peut voir que vous tournez vraiment beaucoup ? Ça se passe bien ?

 Sarah : Oui c’est l’objectif. Ouais ça marche bien. On aime bien aller en tournée, ça se passe bien dans tous les sens, on aime beaucoup ça. Sur scène on est bien accueillis en général et on ça nous stimule, parce qu’il y a à chaque fois un nouveau public qui nous découvre.

  • Vos prochains concerts ?

Sarah : La prochaine c’est le festival Track’n’Art qui se trouve pas loin de chez nous. Et après à l’automne une grosse tournée qui est en train de se caler de 2-3 semaines dans toute la France.

  • Un ptit mot pour les lecteurs ?

Sarah : Venez à nos concerts  et vous verrez !

Corentin : Vous allez prendre votre branlée…

Sarah : J’ai même envie d’ajouter que si tu viens à nos concerts et que tu nous dis au début que tu viens après avoir lu cette interview, on te paie un verre et on te fait une dédicace !

  • Sarah et Corentin, merci, on vous laisse le mot de la fin :

Sarah : Bisous !

Corentin : Oui, bisous à tous, ça c’est pas mal.

 

Interview réalisée par Mel & Mats

Photos : Sophie Jarry. Tous droits réservés.

 

Pour suivre The Mirrors :

http://www.facebook.com/themirrors

https://themirrorsband.bandcamp.com/

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s