OOMPH! + UNZUCHT @ LE TRABENDO – 12/04/2016

Après une longue absence des scènes françaises, OOMPH! investit ce soir celle du Trabendo. Et tous les fans du genre sont bien décidés à ne pas rater ça. Alors, direction la Porte de la Villette. Il y a du monde dans les métros ce soir, le Zénith ramenant aussi sa part de jeunesse parisienne avec sa soirée DJ.

12733989_1051594884907226_546098478841577931_n

Nous arrivons un peu tard pour pouvoir profiter de la première partie. Unzucht, qui accompagne OOMPH ! sur certaines dates de la tournée, est déjà bien installé sur scène. A l’aise, les Allemands sont en forme et bougent bien. Ils donnent tout pour mériter l’accueil que le public lui fait. Le frontman est communicatif, il hèle les gens, casant les quelques mots qu’il connait de Français. Je ne peux pas me prononcer sur la qualité du set, je n’en ai vu qu’une petite partie. Je laisserai donc ce plaisir à d’autres.

OOMPH-07-BorderMaker

Changement de plateau. On sort profiter du soleil (enfin!) avant que les premiers sons ne résonnent. La salle était déjà bien pleine, là, elle est blindée. On trouve un petit spot et c’est parti.

OOMPH-05-BorderMaker

OOMPH! débarquent sur scène, pour le plus grand plaisir de leurs fans français. Personnellement, c’est la première fois que j’ai l’occasion de les voir et je suis assez pressée de voir ce que donnent ces précurseurs de Rammstein.

OOMPH-02-BorderMaker

Dero, le frontman au look soigné, est en pleine forme. Il parcourt la scène, baguette à la main, et s’arrête de temps à autre pour rythmer le morceau avec le bout de batterie qui est à sa portée. En revanche, le reste de la formation restera plutôt statique ce soir : on mettra ça sur le compte de l’étroitesse de la scène pour nos grands gaillards.

OOMPH-03-BorderMaker

Le set alterne les chansons qui « bougent » et les chansons plus calmes, rendant le tout un peu mou. Mis à part le premier rang qui est particulièrement à fond, le public a un peu de mal à se mettre dans l’ambiance. Il sort quand-même son briquet (ou son téléphone pour la version moderne) à la demande du chanteur. Il faut attendre quasi la fin pour entendre les premières notes de « Augen auf », grand succès de la formation et que tout le monde connaît. Là, les gens se dérident et chantent en chœur le refrain. Là, ça commence à être intéressant.

OOMPH-04-BorderMaker

Pourtant la fin est bientôt là. Le groupe quitte la scène un petit instant avant de revenir pour le rappel. Un rappel qui sera bien plus énergique et entraînant que le reste du set, un rappel qui donne ENFIN l’envie de bouger et de chanter. C’est CA qu’on aurait aimé avoir tout au long de la soirée.

OOMPH-06-BorderMaker

En conclusion, oui, nous avons passé une bonne soirée, mais non, ce n’était pas la folie. En regardant un peu autour de nous pendant les morceaux les moins entraînants, nous avons pu remarquer que les Allemands avaient attiré à eux des gens très différents, de toutes les générations, nous rappelant que, malgré tout, Oomph ! a plus de vingt-cinq ans de vie et qu’ils ne sont pas prêts de s’arrêter là.

Texte : Camille

Photos : Lesly / Cherry Pixs

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s