DESTROYER 666 + GUESTS @ DIVAN DU MONDE, PARIS, FR – 04/04/2016

En ce 4 Avril 2016, c’est un concert qui aura déchaîné la fosse avec nos Destroyer 666, tout en n’oubliant pas Trepaneringsritualen et son black metal ambiant expérimental et le duo toujours aussi massif BÖLZER, auquel nous aurons pu assister ! Retour sur une soirée parfaitement orchestrée par les infatigables de chez Garmonbozia au Divan du Monde.

12642785_952820228106281_2754421437734159199_n

Trepaneringsritualen, l’homme aux milles esprits torturés.

Donc la soirée démarre avec Trepaneringsritualen. L’encens nous laisse prédire que ce sera du black métal ambiant. La salle s’éteint, avec un public timide, le monde arrive au compte-goutte, mais ça y est ça commence ! Et là un homme vient sur scène, cagoulé avec une toile de jute et une musique typée post-apocalyptique : le ton est donné ! Ça démarre et durant tout le set nous avons à faire à un homme couvert de sang torturé, criant, comme s’il voulait faire sortir le mal en lui, gesticulant dans tous les sens, un regard de haine, avec nous semble-t-il une thématique émanant de l’horreur et du post-apocalyptique. Au final un set assez court, sur une musique très expérimentale mais qui vaut assez le détour. Même si l’on regrettera que l’instrumental ne changera pas vraiment durant le show.

P1180937 P1180958

Bölzer, le duo de l’enfer.

Les lumières se rallument changement de bannière, une autre odeur d’encens se fait sentir ; Bölzer est le suivant, nous passons donc à un groupe de deux personnes (un duo, donc). Et il n’est pas besoin de plus de personnes pour que ce groupe envoie. La voix puissante parfois claire de KZR résonne dans la salle, et on est transporté dans cet univers chaotique. La batterie est massive et lourde, la seule guitare présente sur scène nous envoûte ! La salle se remplie de plus en plus au fur et à mesure du déroulement du show. Ce duo, par ses musiques, va nous transporter dans des lieux sombres et obscures, portés par la forte voix de KZR ayant une imposante présence sur scène. Sept chansons plus tard, le set se termine, trop vite avec des problèmes de son parfois mais l’on retiendra cette présence presque divine du groupe. Le publique en redemande, même s’il est plus qu’impatient de voir Destroyer 666.

Setlist :

  1. Zeus
  2. CME
  3. Steppes
  4. Archer
  5. Wolf
  6. Chlorophyllia
  7. Unifier

 

P1180989

 

Destroyer 666 déchaîne le divan du monde !

Les lumières se rallument encore une fois. Cette fois tout le public est là, plus qu’impatient de voir les destroyers de l’Enfer. Le changement de décor se déroule sous nos yeux, les micros aux têtes d’animaux morts et couverts de chaînes sont installés, la bannière géante est levée derrière la batterie, ce qui provoquera les cris des fans. Les lumières s’éteignent enfin après un rapide check du matos. Le batteur rentre sur scène, les autres membres rentrent ensuite en trombe, le public crie à pleine à voix. Dès les premiers riffs de guitares au de « Wildfire », la salle se transforme en pogo géant. Ça chante, ça crie, les chevelus s’y donne à cœur joie pour bouger leur tête. Le ton est désormais donné ! C’est une salle en ébullition qui pogotte et chante en chœur au rythme des chansons. Et faut dire aussi que ce soir les gars ont une sacrée patate sur scène.

P1190120P1190101

Entre les rythmes endiablés des guitares et de la basse, ils enchainent les morceaux tous plus bourrins les uns et les autres avec deux ou trois chansons mélodiques mais toujours aussi speed. K.K. Warslut toujours aussi présent entre les morceaux pour mettre l’ambiance et interagir avec le public, et c’est au moment de « I Am The Wargod » que le Divan chante à l’unisson et c’est beau ! Les membres du groupe ont tellement d’énergie à revendre qu’ils n’hésitent pas à changer inlassablement de places, le bassiste chante à la place du chanteur, place ensuite au guitariste, ils se relaient sans relâche et on passe un show de folie ! Puis vient la fin, la dernière chanson, ils terminent leur set avec « Trialed By Fire », le concert s’achève sous un flot d’applaudissement et on en redemanderait volontiers ! Ils ont fait de cette soirée un véritable déchainement dans le pit et on a juste envie de dire « encore ! »

Setlist :

  1. Wildfire
  2. Traitor
  3. A Breed Apart
  4. I Am The Wargod
  5. Live and Burn
  6. Hounds…
  7. Sons Of Perdition
  8. The Calling
  9. Satanic Speed Metal
  10. Iron Fist
  11. Black City
  12. Trialed By Fire

 

P1190172P1190178

 

Texte et photos : Aurélia Sendra / La petite Photographe

 

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s