MASS HYSTERIA + BUKOWSKI + GUESTS @ L’ASTROLABE (Orléans) – 20/11/2015

Parce qu’on ne peut pas passer nos vies à avoir peur d’être frappés à nouveau, j’ai décidé de ne rien changer à mes plans et de prendre la route ce vendredi 20 Novembre d’Orléans. Ce soir, c’est une belle affiche que nous propose SlapTrack pour sa 2ème édition de son No Sleep Till Orlinz à l’Astrolabe. Mass Hysteria pose ses valises le temps d’une soirée à Orléans et a attiré à lui Bukowski, Holding Sand et Hyaena. De quoi passer une bonne soirée à coup sûr.

12184284_1181649655198285_9146766319927994573_o

Quand on aime la musique, ça arrive de ne pas compter les kilomètres pour aller en concert. C’est pourquoi nous voilà sur la route d’Orléans, un vendredi soir après le boulot, dans les bouchons. Nous arrivons pile poil à 20h30 pour l’ouverture de la salle. Malheureusement, un petit problème de logistique à l’entrée puis le passage obligé par la fouille (notons que de vraies mesures de sécurité ont été prises ici, et nous les en remercions) nous font grimper les 3 étages en retard et nous arrivons dans la salle aux premières notes du set de Bukowski. Je ne peux donc rien dire sur la prestation de Hyaena, groupe de metal progressif Orléanais, qui a ouvert ce soir. Je laisse le soin à mes collègues d’autres webzines de le faire.

Nous arrivons donc à l’étage des salles de concert à 21h10, nous traversons la petite salle où se tenait Hyaena quelques secondes plus tôt et qui a été désertée, et nous pénétrons dans la grande salle. Le public n’est pas encore au complet, mais la foule est déjà relativement compacte. Je me glisse dans les trous et atterris au 2ème rang. La soirée peut commencer avec les parisiens de Bukowski. La première chose à remarquer est la présence de Fred Duquesne derrière la guitare (c’était la question à 1 million ce soir : va-t-il assurer les deux shows ou privilégier Mass Hysteria ?). Un petit coup d’œil à droite de la scène « Ah tiens, c’est pas Julien à la basse ce soir ».  Puis à y regarder de plus près « Ah mais si ! Il s’est juste rasé la moustache et a coupé ses cheveux ». S’il a perdu 10 ans avec ce changement, il n’a en rien perdu de sa tchatche et continue à héler frénétiquement le public. Les gars sont comme à la maison : gros son et show bien rodé sont au rendez-vous.

12291314_1091045220906130_6645849359364857588_o

Le public ne se prive pas de reprendre en cœur le refrain de « The Smoky Room » et scande les « suck, suck, suck !! » de « Vampire ». En ce premier vendredi après les attentats, Bukowski se doit de faire son hommage à sa sauce. C’est pourquoi, à la demande de Matt et de Julien, on se retrouve le doigt en l’air histoire de dire « Vous ne nous faites  pas peur, on va continuer à vivre, à rire et à danser ». Le set se termine sur l’éternelle « Car Crasher » avec un Timon qui frappe de toutes ses forces sur sa batterie et un Julien qui ne peut pas se passer de son slam habituel. Si Bukoswki a donné tout ce qu’il avait sur scène, malheureusement, la puissance ne s’est pas retrouvée dans la fosse. Bukowski n’a pas réussi à transmettre son énergie au public qui n’est pas au meilleur de sa forme ce soir. Le groupe m’a habituée à la violence, aux circle pits et aux wall of death et ça n’a pas été le cas ce soir. Les manifestations se sont faites plutôt timides. Malgré tout, cela ne nous a pas empêché de passé un très bon concert.  Et voyons le bon côté des choses, cela m’a permise de m’en sortir sans un bleu, pour une fois.

Le public quitte la grande salle. Une partie se dirige vers le couloir, une bière à la main, l’autre vers la petite salle pour profiter du show d’Holding Sand. Personnellement, je les découvre ce soir sur scène. Les jeunes Tourangeaux donnent l’impression de vouloir montrer qu’ils sont à la hauteur de faire la première partie de Mass Hysteria. Formé depuis 2007, Holding Sand n’en est plus à ses premières scènes. Cependant, bien qu’ils n’aient pas forcément beaucoup de place à cinq sur la petite scène, je les trouve un peu trop statiques à mon goût. Le public, qui a apprécié sans pour autant se déchaîner, ne les a pas forcément aidé à se lâcher complètement. Dommage parce que je trouve leur musique plutôt intéressante à la première écoute et je suis sûre qu’ils ont un bon potentiel. Il ne leur reste plus qu’à trouver leur jeu de scène pour vraiment chauffer la salle et tout casser. Dès que la dernière note retentit, tout le monde migre vers la grande salle.

J’ai prévu le mouvement et ai réintégré la salle quelques instants avant la fin du show d’Holding Sand, me calant tout devant, contre la scène et sympathisant avec mes deux voisines. Ce soir, c’est aussi pour moi mon premier concert de Mass Hysteria (oui, je sais, je suis en retard de quelques années). Je n’ai entendu que du positif sur leur show et j’espère ne pas être déçue. La salle affiche maintenant complet et il commence à faire vraiment chaud. Mass Hysteria monte sur scène et la folie peut enfin commencer. Le public qui avait du mal à se réchauffer jusque-là, démarre à fond et il ne faut pas attendre bien longtemps pour voir fleurir les premiers slammeurs. Dès les premières minutes, il faut lutter pour ne pas perdre un centimètre de sa place devant la scène. La soirée est partie et bien partie. Mass commence au quart de tour avec « Tout Doit Disparaître » et ne nous laisse pas un instant de répit. Arrive « Chien De La Casse », extrait de Matière Noire, qui envoie du très lourd. Il fait chaud et les gars commencent déjà à dégouliner. Tandis que Mouss court partout, Yann n’hésite pas à slammer sur la foule tout en continuant à jouer, et le public se déchaîne entre slams et circle pits. Les titres « L’Enfer des Dieux » et « Vae Soli » prennent une signification toute particulière  depuis les derniers événements et le public ne se fait pas prier pour s’époumoner en hurlant « RE-VOL-TES ».

12244350_1091050487572270_4869556349556537999_o

12244553_1091047230905929_8782155619577169327_o

Les anciens succès de la formation ne sont pas oubliés non plus et c’est pour le bonheur de tous les fans que Mass interprète par exemple « Une Somme de Details » ou encore « Failles ». Puis, après la dernière note de « Positif à Bloc », le groupe quitte la scène. Mais le public ne veut pas que ça se termine comme ça et fait du bruit pour que Mass Hysteria revienne. Après quelques minutes de suspense, les revoilà avec « Contraddiction », pour le plus grand bonheur de tous. Sur le morceau « Respect To The Dancefloor », le groupe a pour habitude de demander aux furieuses de la salle de venir danser sur scène avec eux. Comme j’étais devant et qu’il n’y avait pas de crash barrière, ça n’a pas manqué. Lâchement balancée par mes potes, je me suis retrouvée debout, au milieu d’une dizaine d’autres filles, à ne pas trop savoir quoi faire, bientôt rejointe par ma nouvelle copine. Mais on se décoince très vite, et on apprend à apprécier le moment. On danse, on chante, on frappe dans les mains … On en profite quoi ! Arrivent ensuite les deux derniers morceaux du set, « Plus que du Metal » que je n’aime pas spécialement sur l’album studio mais qui décoiffe sur scène et la fameuse « Furia », histoire de terminer tout ça en beauté.

Pour Mass Hysteria, cette tournée, c’est l’occasion de tester les morceaux du nouvel album sur scène et de faire une petite place à Fred. Et une chose est sûre, c’est que les titres fonctionnent nickel et que Fred s’est déjà parfaitement intégré au jeu de scène.

12248169_1091046914239294_3714878181198240360_o

En conclusion, Mass Hysteria, c’est de la folie, de la chaleur, de l’énergie, de la puissance et beaucoup, beaucoup d’ondes positives. Je me suis pris une grosse claque. Ce qu’on m’avait dit était donc vrai : Mass Hysteria sur scène, c’est de la bombe.

Bien sûr qu’on y pense. Bien sûr qu’au début, on regarde par-dessus nos épaules et on guette le moindre bruit. Puis on a envie de crier « Putain, je suis en vie ! », on arrête d’être parano et on se laisse happer par l’ambiance. Ce concert, c’était beaucoup de bonne humeur et ça m’a fait vraiment beaucoup de bien. J’ai hésité un moment à descendre à Orléans. Finalement, je ne regrette pas du tout de l’avoir fait. Et je pense même retourner les voir vendredi prochain à l’Observatoire de Cergy, en compagnie de Smash Hit Combo et The Arrs.

Merci à SlapTrack pour la soirée et à Mass Hysteria, Bukowski, Holding Sand et Hyaena pour leur prestation de ce soir.

Set list de Mass Hysteria : Intro / Tout Doit Disparaitre / Worth on Fire / Chien de la Casse / Notre Complot / Une Somme de Détails / Babylone / L’Enfer des Dieux / Vector Equilibirum / P4 / Failles / L’Archipel des Pensées / Vae Soli / Tout est Poison / Pulsion / Positif à Bloc  // Contraddiction / Donnez-Vous la Peine / Respect to the Dancefloor / Plus que du Metal / Furia

Texte par Camille Loissau

Photos par Chrisled

 

Liens :

Mass Hysteria

Bukowski

Holding Sand

Hyaena

 

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.