WINDHAND – GRIEF’S INFERNAL FLOWER

Après l’excellentissime album Soma sorti en septembre 2013, les bûcheron(ne)s de Richmond Viriginie récidivent avec un puissant troisième album Grief’s Infernal Flower. Signé chez Relapse Records, il est considéré comme l’album doom le plus attendu de l’année. En effet, le groupe s’est entouré de Jack Endino, producteur reconnu pour avoir travaillé dans le milieu grunge, chez Sub Pop notamment avec Nirvana (Bleach), Mudhoney, Soundgarden, Green River… Malgré l’arrivée du nouveau producteur qui apporte une aide au mix et à la structure des morceaux, la recette du groupe ne change pas, on a droit à du doom authentique, psyché, mélodique.

a3132515185_10

La leader du groupe Dorthia Cottrell (chant /guitare folk) s’établit largement comme l’une des meilleures chanteuses du genre qui trouve un juste équilibre entre beauté, harmonie et puissance, tel un chant de sirène qui nous envoûte et nous fait chavirer. Elle est accompagnée par Garrett Morris (guitariste soliste), Asechiah Bogdan (guitare rythmique), Ryan Wolfe (puissant batteur) et Parker Chandler (basse).

Ce qui est paradoxal dans leur son c’est cet incroyable paysage sonore plutôt calme, alors que les guitares se font rage (les amplis sont aux bord de la rupture), la batterie est excessivement lourde, et les solos sont noyés dans le vacarme. Cette sensation de tranquillité, est appuyée par le mix avec au premier plan, une voix/guitares créant une sorte de voile sonore, et au deuxième plan, une batterie/basse qui sonnent plus en retrait.Le quintette nous délivre des compos très brutes avec des riffs répétitifs bien gras, un tempo lent, et une basse sous fuzz qui renforce les grattes, « Two Urns », « Forest Cloud », « Tanngrisnir » en sont la preuve.

L’inquiétant « Hesperus » nous envoie au pays de l’angoisse avec 14minutes 26 de trip. « King Fisher », « Hypererion » quant à eux sont les morceaux phares de l’album avec leurs riffs épiques agrémentés d’une guitare solo tourbillonnante et d’un beau passage instrumental.

Le groupe ne sait pas faire que du lourd, bien au contraire, la polyvalence est de mise avec « The Sparrow » et « Aition » deux beaux morceaux acoustiques, magnifiquement joués et interprétés par Dorthia, qui d’ailleurs, vient de sortir un album éponyme, folk, aux ambiances atmosphériques et gracieusement mélancoliques.

Même si SOMA était un super album plus underground, Grief’s infernal flower, qui s’adresse à un public plus large, est un très bon album qui assoit le groupe au rang des front-liners du doom. Il est disponible en plusieurs versions sur leur site et même pour les nostalgiques en cassette audio. Le seul défaut de cet album, c’est qu’il ne soit pas encore entre vos mains.

Texte: Florent

WindhandGrief’s Infernal Flower, sortie le 18 septembre 2015 chez Relapse Records.

https://windhandva.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/WindhandVA
http://www.relapse.com/windhand/

One thought on “WINDHAND – GRIEF’S INFERNAL FLOWER”

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s