PRIMORDIAL – WHERE GREATER MEN HAVE FALLEN

Avec leur 8ème album, les Irlandais de Primordial continuent de rayonner sobrement dans le monde du folk metal. Toujours mélancolique et oppressante, la musique ainsi que le chant emblématique du groupe envoûtent encore une fois. Where Greater Men Have Fallen s’écoute sans lassitude du début à la fin : un plaisir irrésistible.


L’album s’ouvre sur le titre éponyme, en clair une bonne détonation contrairement aux ouvertures calmes et progressives des précédents albums. Un riff qui nous vient directement des profondeurs, accentué d’un « go ! » de A.A Nemtheanga, dont la voix cloue systématique sur place. Une parfaite introduction bien engageante pour ceux qui découvriront le groupe, et surprenante pour ceux qui connaissent déjà, mais sans aucun doute on ne peut qu’avoir l’envie de prolonger l’écoute pour découvrir les autres morceaux. Et les titres qui suivent nous donnent une image assez précise de l’évolution que suit Primordial depuis quelques années : une base languissante qui semble durer éternellement à l’image de « Babel’s Tower » et de « Come The Flood » qui nous ramènent vers cette structure typique de Primordial sans pour autant être répétitifs. Juste après vient « The Seed of Tyrants » qui surprend par son énergie et son entrée en matière très rythmée.

Avec « Ghost of The Charnel House » ou encore « The Alchemist’s Head », le ton change, la voix se fait moins torturée tandis que le son est bien plus lourd que sur les autres titres. Une pointe un peu plus folklorique se fait entendre tout de même sur les morceaux « Born To Night », avec sa longue partie instrumentale sur laquelle on retrouve un son très caractéristique et propre au groupe, et « Wield Lightening To Split The Sun ». Avec une durée de plus de 8 minutes pour la première et plus de 6 minutes pour la seconde, on se laisse emporter vers les temps perdus, les gloires et les décadences de gens qui se battent pour de bonnes causes, des thèmes qui inspirent toujours autant nos Irlandais dans des textes aussi sublimes que subtils.

Primordial-band-2011
Where Greater Men Have Fallen s’inscrit dans la lignée des albums précédents, sans conteste, une réussite. Primordial semble être une source inépuisable puisqu’ils ne cessent de nous surprendre sans pour autant changer les habitudes. D’une authenticité déconcertante, le groupe ne fait que s’améliorer avec des chansons toujours plus raffinées.

Primordial, Where Greater Men Have Fallen ( Metal Blade,) 2014, actuellement dans les bacs.

Texte: Cindy

Liens:

Site officiel du groupe

Facebook

Be the first to comment

Leave a Reply